linux fatigue

Bored of trying to make fans works so that my CPU don't burn like it once did after I upgraded ubuntu.

Bored of trying to convince RH supports that their forks are not vanilla package with their messy patch levels without the security ports from upstream are a lie (they work for NSA/GCHQ or what?)

Bored of having to deal with SSH blunders because a packager thought he was a dev.

Bored to repackage python from sources to have a decent python package.

Bored of using virtualenv because the packager think Ksat problems are polynomial problem but makes you ends up with rottenly old packages, while I can pinpoint my packages to the version I want.

Bored of python/perl/latex broken packages "so that it can fit on embedded systems" when minimal base is what? 400MB?

Bored of not being able to have a simple way to choose the options I want for my packages (like pragma, which library) and poor default choices.

Bored of unsecured default cumbersome config for servers that are unsecure and poorly designed (apache cgi-bin was a PITA).

Bored of useless features (GNUeries) like bash as default that augments the surface of vulnerability.

Bored of the whatthousands way of configuring IP.

Bored of 300 ASM likes lines of iptables based on GOTO kind of thinking when pf does it in 30 lines.

Bored of "cloud" containers that don't really do the jobs" when jails are fine.

Bored of caring about security much more than I would like.

Bored of configuring my windows manager every new releases and to lose my configuration or where my close button side is on for no benefits.

Bored of upstart/systemd just because devs don't know how to handle SIGHUP SIGINT ... and need clutch to not learn the bases.

Bored of having no people trying to describe seriously what they are doing and making no efforts in documentation and engineering docs.

Bored of people replacing technical arguments with the potential coolness of a feature, while throwing RTFM at newcomers.

Bored of people not understanding how computers works, and not wishing too.

Bored of the linux based cloud solutions that are as stable as a chaotic system.
Bored of not being able to write my drivers anymore in C, or having a C compiler that works and that no one cares about it.

Bored of the messy C code in the linux kernel that is unreadable.

Bored of having to change distributions because distributions wants to force feed me features or windows manager or because my HW does not work anymore.

Bored of learning again and again where is the fucking config, how to do this simple network configuration, what is the name of the fucking pakcage where did they put it, in which repo how to get a fucking vanilla upstream up to date version of the lib/software...

Bored of openSSL.

Bored of how much people confusing installing a distro with being an expert at something.

Bored of not being able to do my packages anymore because tools & logics are too complex.

Bored of not being able to audit anything.

Bored of the community above all.

Relieved  to have something saner with a BSD. Maybe I will be bored again.

1+1 = 0[2]+carry : C addition are wrong (hence 99% of our language)

Basically I say that the syntax

a = x + y;

reveals a profound misunderstanding of what an adder is inside a CPU.

a = x + y maps to an Aristolecian Natural integer ideal addition while CPU works in an anneal but with 2ce the size you think.

An adder is a series of bit level adder. The sum of x + y for any bit is the result of bit level adder piped in together through the propagation of a carry bit.

Hence for an addition at the bit level 1 + 1 has a sum of 0 and a carry of 1 is propagated.

1 + 1 = 0 .... + 1

We copy paste them in a pipeline of propagation and know we have a full adder with one extra carry flag being set. Flag C ignores.

It just that you have an exact result on n+1 bits but it would ruin the compiler shortcuts if you took that into account. Memory is padded on n bits. So if you intend to to do the calculus AND store in a a set of atomic instructions then having to extend the available memory on the fly is a little tricky.

C wisely has decided that resources are bounded thus x + y  should always fit in something of the size of the operands.

After all a one cycle ASM addition can be seen exactly as :
  • exact integer adder telling you when you exceeded your capacity;
  • an exact addition that has an extra bit of information that waits for treatment.

Yes, addition can be even considered synchronuously or asynchronuously.

Since the carry indicates the event (unsigned context) and since the carry indicates and extention why not have :

promotion, a = x + y

Dyslexic rant (goto end of rant for the impatient)

x + y => a, promotion

I am dyslexic and latin reader.
The a = x + y has always pissed me off.

I read from left ro right, right?
a is set AFTER the addition. So causality is from right to left, right?

What is left? I have to swap directions of causality all the time.

Plus => is the mathematical notation for implication.

So as an ASM 68K lovers (source destination convention), an aristocrat of coding, a western centric writer I propose that we always favour left to right notation.

It has worked for math let's do it with computer.

I guarantee that if the flow of the syntax follow the flow of the causality compiler will have less bug, parsers will be easier to make, and software more efficient. A concept in a flow should appear after the necessary context for its creation.

A  = new Object( data )

is also stupid.

data ) => A

would proove smarter. You would read a stack being filled from left to right and some reserved words map to operator like call ")" or MOV "=>" and for once the flow of reading would map the control flow inside the CPU

End of Rant

There is still a problem. In ASM you cannot test the carry flag and set it atomically. But you can do a branch on whatever the good status flag (goto after on promote if no carry). That can be translated in more intuitive meaning like:

x + y  => a on promotion {
        1 => b 


Or with dyslexic syntax and more correct variable names:

int lower = 0;
int higher = 0;
lower = x + y  on promote {
    higher = 1;

This way overflow in higher language may be not only more correct in terms of meaning and less buggy but also mapping more efficiently to the CPU paradigms.

With compiler we can turn the various meaning of the condition tests in way more convenient meanings according to the context (unsigned/signed ...)... and use more efficiently the out of bound signaling systems left by our wise ancestor electronical engineers in the status flags.

Programmation is stateful. Those who ignore it in their abstractions are bound to do have nasty bugs.

Les califats en Syrie: la guerre en mode startup napoléonienne

La situation au moyen orient ressemble à l'idéal libéral : laisser une bande startups faire des états en compétitions et exploiter les ressources de la manière la plus efficiente possible.

Les "califats" gèrent les populations comme des bons managers en employant le bourrage de crane et la contrainte.

Leur business model est un modèle de sauterelle qui sautent de villes en villes tant qu'il y a des choses qui rapportent (antiquités pillées écoulées sur le marché de l'art qui est en bulle, pétrole, noeud de commerce).
Les gestionnaires empochent un max en ignorant les lois qu'ils veulent (environnement, impôts, droit, propriété, contrats) et en créant taxes et lois qui les arrangent.
Les marketeux/propagandistes font passer un simple enrichissement personnels en lutte de valeur.
Les investissements du califat en technologie numérique laissent émerger les traces d'un business plan efficient et donc d'investisseurs. Oui : les califats sont avant tout des entreprises à caractère économiques. Ils sont plus des entrepreneurs sauvages efficient que des fous religieux.

Les populations ne sont plus représentées dans la gouvernance, on a donc à faire à des aristocracies féodales nomades en mode VC. Au moins, les ordres sont transmis de manière efficients et les salaires maîtrisés. Le rêve du business man.

Mais pour qu'une entreprise prospère, il faut qu'il y ait une opportunité sur le marché. Quelle est elle?

L'arabie saoudite est contente que le gaz de schistes ne soit plus rentable car ça leur prolonge leur rente de situation sur le pétrole, et diminue les poches présentes en Syrie (le pétrole extrait ne repousse pas). De là à dire que l'Arabie est un associé financier des califats c'est pousser loin, mais il y a clairement du positif pour eux. 

La Russie est contente de voir un concurrent local avoir son fond de commerce siphonné et est mécontente que le prix du pétrole qui indexe le prix du gaz soit aussi bas. Donc la Russie tente de faire remonter le pétrole. Car ça diminue les rentes de Poutine et ses proches.

Le moyen orient est partitionné d'une manière incroyablement instable depuis 1917 sous la tutelle de l'Europe pour éviter le retour de la puissance turque. Et ça marche: diviser pour mieux régner. Il faut admettre que depuis 1 siècle les puissances occidentales ont méchamment mis la main à la patte pour foutre le bordel à cet endroit. Juif contre arabes, arméniens contre turque, grecs contre turques, musulmans contre musulmans.

La turquie a malheureusement votée pour son Le Pen local qui est évidemment aussi corrompu que les autres. Je dis pas que la turquie est explicitement complice. Je dis que la corruption endémique laisse la porte ouverte à des opportunistes pour faire du business gris. Un état corrompu aura toujours des frontières poreuses.
Les pays sans pétrole eux profitent d'une baril inférieur à 50$ depuis un an, mais ne peuvent en profiter car ils sont tous en récession et qu'il n'y a pas de demande malgré des investissements soutenus (QE) en optimisation des moyens des productions deversés dans les bourses. On relance la croissance non par la création de nouveau produit mais par la création de nouveaux marchés monopolistiques immatériels sans effets sur le monde physique autre que de brûler du pétrole pour faire tourner l'écologie "verte" sous perfusion d'électricité à bon prix. L'informatique croit dans un marché où elle est artificiellement bon marché. Je ne m'étendrais pas sur l'incompréhension étonnante de nos élites qui se focalisent sur la recherche d'énergie bon marché alors que nous avons en fait un problème  de divergence croissante entre puissance disponible et demande sur les pics d'activité.

En l'état les pays du G20 sont comme des voitures dans lesquelles les moteurs seraient surpuissants, mais on a crame tellement de ressources en continue pour maintenir cette puissance qu'on en perd en efficience.

Pendant ce temps, toutes les populations du monde se disent. C'est pas si pire. De toute façon on s'en sortira, on émigrera, on fera le dos rond, on rejoindra le plus fort si nécessaire...

Le XXIéme siècle est le siècle de l'individualisme et du libéralisme.

Observons voir si ça marche. Le coté positif? La surexploitation pétrolière augmente son coût d'extraction moyen donc son prix inhérent. Si on arrête d'évaluer les prix en $ mais qu'on évaluait le $ comme monnaie indexée sur le pétrole et que l'on considère le pétrole comme un étalon monotonique légèrement croissant, alors le message serait que les économies sont en déflation explosive ce qui surenchérit le coût du travail et rend artificiellement rentable toute automatisations des processus (d'où le graal de l'IA le robot universel qui peut remplacer tout travailleur)...

La part des capitaux détenus augmentent en valeur relative pendant que celle du travail (devenu rente) augmente pour ceux qui en ont un (merci papa, merci maman), et diminue pour les autres.... on est de retour vers une géopolitique victorienne/napoléonienne. 

Napoléon qui aimait bien faire tirer l'armée sur les travailleurs, piller les oeuvres d'art des pays étrangers (egypte, grêce, italie) pour les revendre, s'approprier les ressources des pays, qui a inventé la BdF (la fed avant la fed) afin de "frapper sa monnaie", qui se faisait financer par les industriels et leur rendait la monnaie, qui manipulait les lois et institutions pour son profit personnel; qui distribuait des colifichets aux gens qui allaient sur les fronts en vendant l'héroïsme et des beaux uniformes comme d'autres donnent des kalash et vendent le paradis, rétablissait l'esclavage, et transformait l'éducation national en moule à élite formée à ses besoins pas trop critique, qui rétablissait la monarchie comme mode de gouvernance.

En général, en période napoléonienne et victorienne il y a pleins de guerres et les civils trinquent, et en général, les gouvernements s'en foutent des populations et envoient tout le monde au casse pipe.

Je dis que la première forme d'opposition active contre ces régimes est avant tout de ne pas participer aux conflits qu'ils forcent.

Mais quand les gens vivent dans la misère, comment ne pas finir par avoir des gens suffisamment désespérés pour voir la guerre comme un moindre mal face à leur quotidien sans futurs?

Ce siècle sera celui de la révélation que les Républiques sont des supports efficients pour des systèmes féodaux stables (mode fourmi). Mais qu'une forme moins structurées d'oligarchie agressive  (mode cigale) à la Napoléon ou ISIS les battera toujours.

Pendant ce temps les populations croient dans la politique au lieu de la faire comme d'autres vont à la messe le dimanche.

Réveillez vous. Si vous relisez Socrates, Clisthène, Solon, Périclès il est écrit noir sur blanc que la République a été faite pour lutter contre la démocratie.

La République doit tomber.

J'espère qu'en regardant Star Wars vous remarquerez que les Républiques même imaginaires sont dirigées par une aristocratie. Star Wars est un bel exemple de propagande idéologique en faveur  d'un système politique.  L'empire et la République se distinguent en peu de choses. Des hommes forts prennent le pouvoir et sont légitimés par un système camériste dont la représentativité et le pouvoir sont ignorés.

Qui nous dit que la République représentent tout le monde? Avec quel argent construit-telle ses navires? L'empire et la République laisse dans une fausse dichotomie gentils méchants les institutions inchangées à chaque changement de pouvoir. Les seuls vrais gagnants de Star Wars sont les jedis qui sont juste une caste de guerriers soldats gardiens des institutions.

Mais qui garde les gardiens?

Pour un compilateur LTS: Le progrès n'est pas toujours le changement

Les mages parlent aux mages, molducs prière de vous abstenir de lire ce grimoire de magie noire.

J'étais un universitaire. J'ai  appris à coder pour des endroits où les étudiants partent et viennent, et où rien n'est changé tant que ça n'a pas prouvé apporter un bénéfice.

Les malloc m'étaient interdits. J'avais le droit à de parcimonieuses variables globales mais j'avais le droit à l'artillerie lourde des fork/pipe/dup/open. Et je forkais mon process C dans un interpréteur Tk/Tcl pour permettre de visualiser des résultats de simulations.

Par curiosité j'ai recompilé ce code des années 1996: il marche toujours...

Quand je suis retourné à l'ENS physique en 2009 pour une visite de courtoisie j'ai demandé à Gérard W. mon mentor de l'époque: pourquoi vous êtes pas passé à python/LAMP/ruby/Perl?

Il m'a répondu: ça sert à rien. Les performances surtout en analyse numérique sont mauvaises.

Et il a détaillé que d'un coté les modèles à GC introduisait des pertes de performances notamment dû à la perte de localité des variables qui n'avait pas de bon sens, mais que surtout, on ne retrouvait plus la qualité des bibliothèques d'analyses numériques des années 80 tant en vitesse qu'en correction.

Donc, le FORTRAN/le C était toujours utilisés parce qu'on avait pas de code "correct" à la place, et que les "incorrections" coûtaient chères à corriger. (QA style quoi).

Pendant ce temps, au royaume du big DATA on utilise du javascript pour faire des filtres ARMA pourris implémentés naïvement qui le serait bien plus efficiemment en passant par des FFTs.

M'enfin, je m'égare.

Que ce soit le code fortran appelé par python dans matplotlib, ou que ce soit l'équivalent des numerical recipies en C il y a toujours du code qui doit être garanti de compiler à l'identique car il est critique.

Je renverrais les béotiens à google pour lire un cours d'introduction à l'informatique pour comprendre ce qui ne va pas en C:
quand + - * / sont utilisés ils n'ont pas du tout les mêmes proriétés que les vrais opérateurs.

ttc = ( 1.0 + tva * 100 ) * prix
ne donne pas toujours le même résultat que
ttc = prix + ( prix*tva/100)

Yes, on fait du commerce électronique avec ça. On a beau répété qu'il faut prendre des virgules fixes pour le commerce, rien n'y fait. Les développeurs continuent majoritairement à utiliser des floats.

Donc quand on me demande pourquoi on a besoin de bibliothèque numérique avec contrôle d'erreur ou encore de FORTRAN, je répond parce qu'il y a du code qui a été très bien écrit qui n'est pas remplaçable et qui permet de dire qu'un nombre est pas trop faux.

Excusez moi, mais la correction dans les ordinateurs pour afficher une page web et celle pour calculer un truc donc dépend ma vie (aviation, nucléaire, médicale) ne sont pas les mêmes.

Et, les algorithmes n'ont pas changés.

Par contre .... Les codes produits par les compilateurs eux changent... sur une même plateforme matérielle en fonction des versions des compilateurs.

Pourquoi ?

Non la question est comment:

- La jungle des Ox et de leurs effets et des optimisations acceptables par défaut;
- introduction de nouveaux comportements face aux indéterminations (ex valeur de variable non settées en C);
- la jungle des jeux d'optimisations matérielles et des différents modéles mémoires;
- les pragmas à la con et autres GNUeris

Tout cela fait que les codes produits sont différents, entraînant du fait des nombres de combinatoires engendrées des conflits sur les valeurs trouvées. Les #ifdefs de l'enfer. Obligeant le développeur à gérer à la mimine l'enfer des résolutions de dépendances matérielles, d'optimisation ET de types ET version de compilateurs

Et en plus, cela complexifie le déboguage. Quand un bug apparaît il faut pouvoir régénérer l'exact version du code afin de déterminer si c'est un bug de logiciel, de compilateur, ou de version de compilateur, ou d'option spécifique de compilation....

Ce qui m'épate, c'est que dans les années 2000 avec plus de plate-formes matérielles, et d'OS qu'aujourd'hui, on y arrivait plutôt pas mal à garantir tout ça.

Ce que ne réalisent pas moult développeurs, c'est que les cycles de vies des entreprises ne sont pas de 2 ans maximums...

Comprenez bien... J'ai rien contre node qui sait pas multiplier mieux que python, ruby, Perl, java.


Je dis juste qu'une centrale nucléaire doit pouvoir être maintenue pendant 70 ans, un réseau de gaz ou d'eau pendant des décades, un avion des décennies, un satellite des décennies, mes archives de travailleur/citoyens/médicale tout au long de ma vie.

Je dis qu'appeler 2 ans du support de long terme dans l'informatique actuelle, ça craint du boudin.

Je dis à mes camarades informaticiens et du logiciels libre c'est que si vous voulez vraiment un avenir à l'informatique, on a pas besoin d'un brouteur web qui souffre d'une cancer des extensions, on a besoin d'un compilateur C stable de support à vrai long terme.... genre aussi long que l'on veut que l'informatique puisse durer sans devenir une gêne.

Sérieux, vos grands parents gardaient précieusement photos et lettres dans une boîte en carton dans le grenier et c'est comme ça que se passaient les souvenirs.
Vous, quand vous pourrez plus payer votre compte sur le clown car vous aurez passé l'arme à gauche comment allez vous transmettre votre mémoire?

C'est ça une logique de support de long terme... penser au futur et non à demain.

Notre vision de la durée de vie et des garanties de correction en informatique sont aujourd'hui une insulte au reste de l'industrie et des citoyens autant que des consommateurs.

Et ça va nous péter à la gueule tôt ou tard.

Donc moi je dis peanuts à mozilla pour les dons, peanuts à la FSF, peanuts à tout le monde tant qu'on sait pas comment construire une informatique avec un support à long terme qui soit conforme aux attentes.

Si on met des livres dans des ordis et qu'on détruit les livres, alors j'aimerais avoir une garantie que la mémoire sera transmise aux générations futures, sinon ça sert à quoi de bâtir du savoir?

The cloudy future of IT

What is the common point between a computer, a VW diesel, a nuclear plant and me cooking, playing bass or coding?

My question is both what is an amateur and a professional, and why he does matter that knowledge in IT is in a way of death by kludges and complexity that makes it indistinguishable from evil practices of proprietary firms.

Most people when asked about who invented Free/Open Source Sofware (FOSS for convenience) tends to either quote the extrovert knows as Richard Stallman (FSF) or the more invisble K. Thompson and how the first UNIX sources contaminated the sane students of Berkeley where LSD was also developed at the same time (I am sure it is no coincidence). 

I strongly disagree. The true genius is Bill Gates in 1976 he crafted the expectation of IP protection. The beauty of the letter to the hobbyist may make me cry a (crocodile) tear. It is the invention of proprietary software, a realm in which the user is denied to understand how things works. But also the right for the computer industry to derogate to any legal and financial obligation in commercial contract.

It is justified by a diffused "pain of the creator stolen by parasits".

My french heart double its speed rate. This music is such an ode to the talk of the Baron de Beaumarchais justifying the need of creating a special kind of protection for the artists. Yeah, poor Baron de Beaumarchais. A noble from the ancien régime smuggling weapons to the USA under Louis XVI, than voting against the privileges, than begging the National Assembly to reinstate privileges for the poor authors.

Göbbels first rules: the bigger the bullshit, the better.


I learnt VHDL, SPICE, MATLAB, Assembly 68K, graph theory, algebrae, electronics, and even how electrons behave in semi conductors . I drew and learnt how to design and program interfaces 20 years ago.  At the Silicium layer.

Nowadays, I am a coder.   And something is bugging me.

I am the kind of person that prefers to keep every evils in their bottles. One of the devil I hate is ignorance. I am a control freak. I think I am professional because that is what differentiate me from an amateur: control of the costs, and their is no control without understanding.

 Let me explain you why I don't believe in self driven cars: because nuclear plants should not be automated.

First it is epistemological: I think that as much the myth of the golem, the mechanical turk, or Galathea's myth, we all have a fascination for creating life. And so far it has always failed. I don't say it will always fail forever. I say that the expectancy to reach a goal = 2 times the period since the beginning of trying. You will check the average of my expectancy will be the exact time of completion.

I love to have tricks to be right. Logical thinking and understanding, having a consistent representation of a problem is a nice trick.

So my first almost tautological argument is I think it will take 2500 more years before human beings are able to create life so that my predictions whatever the topics are always consistent with observable facts. (yes, it is a tad of a fallacy, proof by the self biting snake)

Second and more important. If you are not scared by a market full of liquidities, bubbles and the recession, let's remind a calm talk I had in Paris with Michel Volles.

This guy had been consulted for the automation of nuclear plant, and he strongly advocated against full automation like in japan or in an Airbus.

He says; well software can have bugs. It is better if human are used to do stuff in a semi automatic way (that do not expose them of course) so that they know how to adapt.
Even crude mechanics has got troubles. But when problem comes instead of handling layers of complexity they still know how it works. And you wish that nuclear plant operators control tightly and have a great confidence in themselves more than the software.

Well, France being full of nuclear plants, and having grown up during cold war, I am a little more receptive than average on the topic.

What is the relationship with self driven cars?

At a lower scale than nuclear plant, self driven cars are life threatening. They can reach the kinetic energy of a 75mm round, and gasoil is fucking exothermic and dense in energy.

Let's talk about trust.

Do you trust stuff you don't understand? I don't. In the name of science I nearly killed myself by being clumsy and doing experimentation with either highly energetic electromagnetic beams that if the claims for electromagnetic pollution is true, I am dead or bacteria.

I trusted my books, and people dying stupidly (like Nobel) for my safety. Stupid deaths by over trusting yourself are paving the road of science.

Would car manufacturer lie to you regarding the software they put in their car.

Can you trust Nissan, VW, General Motors to not tamper with the software in their car in a way that could lie?

Oh. You cannot.

And cars are really frightening in terms of potential arm it can do. So what about insurances? Will Lloyds, Munchen Re will accept to cover this risk?

Insurance is the modern license to kill, mathematician providing enough firepower of layers to claim that death was NOT avoidable by the virtue of probable chains of causality covered by obligation of means in the contract. Thus, someone is dead, but you don't go to jail. You pay someone, that will pay the lawyers and the expected claims of victims.

Have you read a software licence?

What is the common point between FOSS and the industry?

They both decline any legal liability concerning the consequence of the use of the software.

java license either went as far as explicitly denying people to use java for medical appliance...

And this is where I think I am having a professional opinion. As long as software industry refuse to see itself bounded by the legal liability of considering that they are responsible of the correct behavior of their product there is a problem.

The more we rely on incorrect stacks that cannot be covered by any insurance or true guaranties it works then the effect of the non predictability rises.

The financial effect is clear: it is not possible to estimate a reasonable insurance cover for software industry in case a self driven cars kills someone. Companies will be liable since they did not do everything possible to guarantee death would be impossible.

Is planning 1 death out of 1 millions instead of 10 000 indiscriminates deaths per year better? Ksss, you have to be a real psychopath to know you are gonna kill 1 to save 9999... Plus, in face of the law you still premeditated death. Why this one? Who gave the software manufacturer the right to chose who are going to die and to live? In the absurd hypothesis they finally achieve self driving cars, I will call out these people has psychopathic murderers anyway.

But you know, I am simple man (yes, Lynnird skynnird shite, I am a tad soft inside, U know?).

I used to tweak anythings in the house and like engines, computers, electric boards, radios, electric pinballs, my bike, cooking ....

And  I learnt. I could understand and control. That maybe one of the reason I love my bike. I don't fear to break anything far from civilization. I can repair almost anything, and predict the worst. I have control. I trust it.

I love cooking, because I did not obsoleted. I love music, because it is all about not caring about the technic and discipline, I loved understanding that the shape and geometry of things on an electronic boards related to their functions or side effects.

There is one domain though that bugs me: it is IT industry.

You see I see a lot of analog organization that have the same constraints  as IT and don't fail:
- entertainment delivers their show on time (creativity, variety in size, competitiveness, heavy requirements/logistic, heavy specifications);
- cooking has incorporated a lot of foreign tastes and technics in the last decades, still, the knowledge are stable, and they don't make customers sign an agreement it will be okay if they die of a food intoxication;
- to survive extreme condition and a slow but steady decrease in quality since decades, people reverted to using the most simple form of bike as used 1 century ago, this is the rise of the fixie;
-  every industry so far is facing technical (financial) debt forcing them to do incorrect things, like the aeronautical industry making their plane inspected in less pushy places. Still, if unluckily an accident were to happen, the industry would feel hurt, and bad. They would feel guilt and empathy for their users.
- computer industry have been consistently over promising and under delivering: who remember the promises of IBM in 1942 to have a mechanical typesetter that would translate without a mistake what you dictate? Me. The ultimate OS where you write once and compile everywhere? .... The standard that will stand the test of time?

No seriously this one piss me off.

Imagine you are a small company that invest in the future. A middle size business.

You buy an expensive automate for doing industry standard metal shaping. Your investment may require 30 years of use. You choose the RIGHT technology: RS232, floppy disk.

Now, 30 years later, all these technology disappear in the name of so called simplification that are the opposite of any simplification.

USB, xmpp, firewire, pci... They solve some picky problem (like dynamic resource allocation of IO and IRQ), but at the cost of levels of indirections, half respected norms half specified ...

I mean, seriously, secured data on an USB drive?

Just to be a USB client, you have to have an insanely complex stack of code and wires on your board. It requires highly privileged access on the computer server side, AND you are on a broadcasted signal, thus every one on the USB ring can spy on you. And thanks to the diminishing quality of capacitors in computer, it could even tap on other signals.

Progress my ass.

Programming low level interface for RS232 bare bone is easier than USB and it involves less proxy.

The limits were not electrics or technical. It just that additionnal graved silicium costs less than a 1$ connector.

And while the psychopathic software/hardware industry pushes for always lower cycle of "progress", real industries having less liquidities on the market (thus less investment) are increasing their cycles for renewing their tools. Including their hardware and software. It is legitimate a windows 3.1 from 1992 can still be running in an airport. Fuck IT industry, wake up!

And how can software industry not collapse of being so far from the real need of the market?

Except the fact it requires to lack a little bit of "economical" lack of empathy, I may hazard that the 2007 crisis is not over and we have bubbles everywhere one of them being in the education and exploding right now.

First things, how do their survive their cash burn rates without tangible proof of their positive impacts on the activity of their customers?

Well, it is called Venture Capitalism. The market is full of cheap money, so they invest irrationally in a market for which regulations are scarce (safety, audit) and where just a minimal return investment is expected. You just want to outperform the very low interest rates of the national bonds.

In regard to the market, IT require very few investments: almost only brain. KPEX = 0. And benefits are rents. It makes projections of expected benefits very easy.

70 years ago there was a war. Brilliant people were called as officers, soldiers, nurses ... And people on battle front tends to die.

The baby boomer that resulted were caught in an aspiration of skilled workers whatever the education was. But the very small differential resulted in huge difference. My father son of a mason that had good grades in primary school was almost guarantied to be a surgeon if he kept up the good works and he did.

The climax of this era is 1968. A lot of things happened this year around the world. A pacific revolution of hopeful hippies that will become sharkiest marketers of the world.

Our parents experienced an artificial situation where education as a social ladder was working because the competition on the market side of the demand was fierce. And strong of their experience, they indebted the 3 next generations in costly heavily subsidized education system (be it private or public). For Europeans it is public debt, USA private debts. And they brainwashed kids around the world with "passe ton bac d'abord... better have your exams if you don't want to end up like this"

The problem is the education has been saturated. And the system has failed in both cases to give an incentive for a fair and square competition. When the market is saturated, the criteria for selection become arbitrary: sex, look, place of birth, age... weirdly enough never costs. Else given both equally talented coders one a black muslim girl and an the other one an ivy league student, you would pick the one you can pay objectively less. Thus, given the discrimination, if the agent on the market of human resources in IT were rational they would pick the cheapest one that is equally talented. Thus the market would always tend towards less discrimination. Which is not the case... 

Maybe also, our capitalism may not be able to reform itself for better work organization like toyota. Maybe the revolution of global mass education is hitting right now. And maybe it does not look like the promised land: while the kids of the masses were studying, it seems the kids of the wealthiest were also studying. So, proletarian just became pro-net-arian. Education system does not resorb social inequality it let them unchanged in a shifting world. Like a never ending screw, globally moving, locally invariant. A vast majority of the society have to work for the benefit of in an inharmoniously shared minority.

So every one blindingly force their belief of people in a bubble to the economy. Something of russian doll. Where every bubble has a bubble in it or could lead to bubbles.

- people with diploma expect their remuneration to not reflect the absence of  scarcity of the market;
- capitalism expect people with the knowledge of the financial system to agree on an unfair sharing of the values (people with education can do math and be troubling);
- customers expect things to work and respect education, else it would be unfair they loose 10 years of their life expectancy doing their job for 25% of the wages of coder;
- companies expect by screwing their margins in reaching more customers on a market already depressed it will help them make sustainable profits;
- financial market expect a raise of their dividends while the world is in recession and is betting on a global improvement since 8 years;
- IT seems to not notice that the 40$ / barrel of oil when there is a war close to the biggest producers in the world advocates for thinking very hard in terms of watt per actual watt gained and not flops. As long as we create our thermometer for measuring our efficiency based on how much we efficiently loose CPU cycles, we are dooomed.
- wealthy people expect the collectivity to leave them alone and not demand anything to them in terms of social responsability... while they expect to be granted even more power.

Collectively I am more than concerned. But who am I to claim I am the only person not being crazy? Everybody knows that thinking you are normal is the early signs of paranoid delirium.

Individually, I am beginning to think about opening a shop called "introuvables" specializing in dealing cheap products of quality by making a network of franchise sending each other container with local products: cheap polars/wine vs maple syrup/cheese... Just the introuvables. In some place it will be 1 product, in other 100. A place where to find cheap AND good product according to your market.

Or a restaurant called "la Cantine Luddite". Cheap huge quantity of food with taste that requires hours of preparation and cheap ingredients like boeuf bourguigon, pot au feu, couscous .... and go for serving as in an english pub (collective portions to diminsh costs and collective serving and incitation for people to share). No computer allowed, all smartphones being hacked in permanent DoS with a sophisticated electronic appliance called heavy hammer.

Or a one man show.

You know, I don't care. If it turns that bad, I can still do my show in the street as a living. I'd rather be an happy beggar if events required it than an overstressed soon to die from infarctus modern worker.

I guess feeling confident in your capacity to adapt is a requirement for adaptation.

Yes, the future of IT maybe cloudy, but mine is not.

You still can sing in the rain and lough at clouds.


Le I.Teigneux: ma mère est une idiote

J'ai passé des années à aider mes parents à l'insu de leur volonté afin qu'ils s'adaptent en douceur à l'évolution du monde numérique.

Serveur de fichier, environnement hétérogène, routeur proprement configuré... mais parents ont toujours eu le meilleur des infras que je pouvais offrir ... avec le support de niveau 3.

Oui, le jour où vous décidez d'aider vos parents, c'est l'assurance d'avoir pendant une réunion importante, votre téléphone portable se muer en tentacules d'un monstre pervers japonais afin de satisfaire votre client le plus important: MAMAN! Putain, c'est crade!

Ma pauvre mère que j'ai du copieusement insulter un nombre de fois incalculable et traiter d'idiote.

Comprenez vous: elle est bête à manger du foin, elle a jamais eu son bac, et la seule chose qu'elle a jamais fait de ses doigts c'est de travailler pour des stylistes, en typo, en art plastique.

Bref, ma mère est une quiche. Sauf, si par magie on lui mettait sous le nez, un bureau, avec une règle, des ciseaux, un pot de colle, des règles pour tracer les lettres, des crayons.


Mais c'est pas un bureau.

Non maman, c'est une analogie.

Mais c'est pas une règle, c'est bien plus compliqué. Puis je peux pas le déplacer et l'orienter comme je veux.

Ça c'est un ciseau.

Quoi? Mais c'est noir sur fond gris, puis c'est une PAIRE de ciseau et il faut vraiment avoir de l'imagination.

Ça c'est ... une poubelle.

Mais pourquoi c'est SUR le bureau? Je t'ai appris à garder une maison propre!

Maman, arrête s'il te plaît. Je sais que tu as raison, mais pour l'amour de ton fils, fais comme si ça avait du sens!

Bref, ma vie n'a jamais été un problème avec mes parents sur des choses compliquées, mais des choses simples.

Il y a d'un coté toutes ces choses nous pensons acquises et intuitives: l'analogie fichier/répertoire, le bureau, le copier coller, la poubelle, les menus, ou les liens, les ressources .... Et de l'autre il y a ma mère qui les a pratiqué toute sa vie et à qui j'explique qu'elle sait pas de quoi elle parle.

Comme à une mémé démente qui a Alzheimer je lui explique patiemment comment ranger son bureau, mettre ses fichiers dans la poubelle. Pourtant le reste du temps, elle est en pleine santé. Elle a sa boîte, le temps pour laver et repasser mon linge le week end, me cuisiner des plats, ranger ma chambre, m'aider à faire mes documents administratifs. Elle a l'air de bien se débrouiller à mettre mes papier sur mon bureau dans ma poubelle. Dans le vraie monde elle est efficace. Je confirme.

Mais en même temps son amnésie permanente et intransigeante sur la compréhension de nos merveilleuses analogies m'interroge tout autant sur le fait que nos images mentales sur les choses que nous pensons si simples sont en fait soit bien tarabiscotées, soit le résultat d'une hallucination collective. Je nous vois en tyran domestique de ce qui est intuitif en dictateur de ce qui convient à nos utilisateurs sans se soucier d'eux ... ni de ma mère qui m'a quand même beaucoup appris sur comment utiliser des vrais pinceaux, ciseaux, règles poubelles et bureaux. Elle a toujours eu 20/20 a mes devoirs d'art plastique à faire à la maison au collège.

Et à chaque fois que ma mère qui n'a jamais eu son bac pleure de m'entendre lui dire qu'elle est idiote, je sais qu'elle pleure pour moi.

Et je ne me sens pas toujours à mon aise quand je code ce que je code pour nos clients quand je pense à elle. Quand j'écoute nos DA, nos designe(u)rs nos architectes, nos analystes business, je me pose des vraies questions sur la nudité de l'empereur, et parfois quand on me traite d'idiot, je pleure.

Mais heureusement, à 40 ans le week end, je retourne chez mes parents, et recharge mes batteries pour oublier tout ça.

Tiens Maman, voilà mon linge.

Tiens fiston, j'ai un problème.

Raaaahhh, non!!!!!

Aujourd'hui, je slacke.

Aujourd'hui, je slacke.

Vaguement coupable de ne pas satisfaire à mes obligations.

Aujourd'hui, J'ai allumé mon ordinateur, et à peine avais-je terminé de taper startx, avant même que l'écran s'affiche, ma basse que je croyais éteinte par mon manque de travail, la voilà dans mes mains.

Je cliques sur firefox pour commencer à relever les multiples boîtes aux lettres sociales, je tapote déjà le mi, en rêvassant.

Et en même temps que je me dis, ce serait trop cool si j'arrivais à jouer another one bites the dust.

J'aimerais aussi avoir l'oreille et déchiffrer un morceau par moi même.

L'une des raisons pour lesquelles je ne suis pas musicien c'est que j'ai un piètre sens du rythme, et que je ne travaille pas assez...

Je joue pour mon plaisir.

Mais le manque de travail est une limite qu'on ne peut pas dépasser.

Et je rêvais au jour où je pourrais détendre une ligne de basse sur mes cordes, en la lui faire prendre vie. Le jour où j'aurais suffisamment travaillé.

Et j'imaginais les spots en ambiance disco, et moi en grand géant cool au cheveux longs tenus par un chignon à la japonaise en train de hocher sur cette ligne de basse. (vu ma calvitie, c'est bien un rêve)


Et je sors de ma torpeur, parce que ma femme me crie, hé, je reconnais!

Et, pour la première fois de ma vie je m'entends jouer de la basse. Et le morceau que je rêvais de pouvoir jouer spontanément.

Vous savez, je suis un loser en quelque sorte.

J'ai beaucoup travaillé la basse pour en arriver là. Mal. Très mal, sans métronome, et sans partition, et sans répéter.

Juste enjoué à l'idée de sentir les notes, de trouver un pentatonique facile à jouer, et avec un seul objectif, garder le fun, pour garder la volonté de travailler.

Parce qu'en musique je suis un raté. Donc mon seul salut c'est le travail. Et, garder le travail fun a toujours pour moi été un objectif. Donc, j'ai tout misé sur mon plaisir.

J'ai toujours su qu'on arrivait à rien sans suivre une discipline. Discipline que j'ai évité. Mais, comme c'était un hobby, juste une chose que j'aime et qui n'était pas essentielle, j'avais décidé de me faire plaisir, et d'apprendre à l'instinct.

Et d'un seul coup, comme un héro japonais de shounen conclue une action sportive de 3 secondes sur un épisode entier à force de flashback, j'ai réalisé que j'avais eu gagné une petite victoire.

La victoire d'avoir cru en moi et travailler malgré, contre et envers tout.

Nous avons tous quelque chose d'unique. Notre propre voie. Et même si je slacke bien plus que je le devrais, je réalise que la vie n'est pas qu'une question de devoirs et d'obligations poussées de force dans notre quotidien par la pression de la vie économique, mais aussi une question de réalisation personnelle. Celle de connaître et suivre sa propre voie sans se soucier du qu'en dira-t'on. Parce que même si on est pas orthodoxe dans sa pratique, le travail finit par payer. Non pas un travail discipliné de répétition, mais plus une découverte permanente de la variabilité et des invariances. Et qu'apporte le travail? De nouvelles habiletés, de nouveaux horizons, de nouvelles voies d'évasion.

Et parfois quand on est trop focalisé il est difficile d'oublier quels sont nos points forts.

Donc parfois, il est bon de laisser son esprit vagabonder, il est bon de douter de tout, pour ouvrir au plus ses horizons, et se souvenir de ce qui fait notre force, et d'avoir confiance.

Le travail est le pied de biche nécessaire à tout plan d'évasion réussi pour se frayer un chemin par la porte dérobée dans le royaume rêvé où trône les rivaux excitants qui eux sont talentueux.Et j'ai plein de pieds de biches. Il serait temps que je les utilise.

(Closing sur un générique débile japonais en mode wtf, avec un l'ace de Haikkyu en train de jouer another one bites the dust, avec un clin d'oeil à la basse de FLCL, et la promesse de la saison 2 où le héros va se dépasser, (et insulter dans les commentaires TOUS les crétins qui prétendent aimer les japanimés et citent cowboy beebop mais ont toujours pas vu NHK ou Fully Cully (screugneugneu))).

The Joke: staying sane in the IT realm

Have you ever read Milan Kundera about the communist time in his place?

I love the bitter sweet fate of his protagonists.

How does the heroes of Kundera end up in troubles? They laugh. It ends bad, but they laughed... at the beginning. The Joke (1969)

In a world of lies, at one point your mind can't help but notice more and more the distance between the facts and the propaganda. And IT nowadays is all about plain propaganda. And when educated, sometimes you make fun of it.

You'd think that humour is universal and that it would solve problems, but is not, it seems to infuriate more the people around me. I have never seen as many conspiracy theory lovers in this field of activity, and as much blind adherence with the belief in a "shared common sense" of actual technological wisdom.

Well, I feel like you should really read Kundera, else you will not understand :)

I could begin with "hello world" which is the biggest lie of all time: It is simple to have a string displaying "hello" printed on a screen. But, this already requires to much common sense unsharable with the muggles that are not in IT.

Today I booted my computer. 

I had to wait for gibberish on a screen, press DEL, wait 4 seconds, press F7; F8 then down 3 times, and then ENTER.

Faulty hardware?

No, I just have installed 3 operating system, and a 5 stages booting using up to 3 distincts CPU in the computer and 4 operating systems (I count "BIOS" as an OS) later is required to boot.

I used to have multiboot with DEC alpha, Sparc 32/64, x86. I never had to go that far in complexity.

Do you know that in the past electronic engineers would proud themselves of entering the magical assembly language to enter the boot sequence with just one key?
Considering that they entered series of 512 1 or 0 (up/down) and that my keyboard is 105 keys I dare say that my boot sequence might be shorter, but virtually way more complex especially if you cannot see the screen and you have to have the timing right.

Progress for me is simplicity. It is when a scientist says let's skip thousands of line of calculus and do only one. But I must be wrong.

You know since when I am able to wake up on time every morning, my eggs are boiled correctly, and I listen to the music I like in the transportation ?

I lost my smartphone, and I am poor.

So instead of buying a new phone I got an old nokia. You think; it charges once every week; and the connector are strong, thus it is now never discharged in the morning and now phones always ring. True. That helps from time to time.

But nop. The alarm interface maybe good enough for one time, but is sux. It sucked so much I went buying a clock with needle and 2 buttons one for the light, the other one for setting the alarm. Since then, I don't suffer the morning panic attack of "did my phone rang?". My alarm clock rox. 2 buttons interface, idiot proof (you sometimes go to bed wasted) is a plus.

My old style nokia is also a plain USB drive where I can drag and drop my music without caring I if use windows XP, BSD, linux Mac OSX, Solaris... Now, picking up and choosing music is easy.

Yeah. I seems to walk backward the stream of progress, and it seems to bring me a better experience. Shouldn't it be called progress?

I also execute arbitrary code everyday by doing wget | bash every single day, and I follow the best practices. It is supposed to be the most insecure stuff to do and that should get me fired.

Don't get me wrong, I don't actually type wget url |bash. I am not a noob.

I have a lot of software like pip, apt-get, pkg, firefox to do it for me. I do it on instruction of my superiors.

My preferred one if installing putty.

I go on an HTTP website, I click on a link, I may use clamav to scan it, and or check the signature given on an HTTP web page that could be compromised (stop the joke: only 1 per thousands of actual computer engineer take the time to check the signature), and then I use the sofware.

It is the slow way of doing it. I could also use apt-get to install chrome or firefox, that would load without my consent new code to execute at startup. At least, I did my best :)

I could sacrifice a chicken to be honest. It is as safe as using openSSL0.9.8.

Let's try the I could do it right.

If only it was PGP signed. But, PGP is probably the best software for cryptography but it has discouraged so much seasoned developer I can totally make a point it is one of the worst software for the users.

UI is all? How can I trust something that is hard to get right? 

But can we do "safe crypto at all" like Snowdens thinks it is possible?

Just look at the installed base of PGP key users after 15 years of advocacy versus the base of SSH users. And are  crypto stuff using an "out of bound" channel of internet? ...No.

Okay, let's put it simply: if you knew your mother was listening on (all) the phone lines when you were a teen; how could you make it so that she does not know you are planing mischief without her knowing?
You could try secret code. But a good mother would automatically pin you down as soon as you would use a heavy secret code. Mothers are more dangerous than NSA when it comes to protecting their kids.

Basically, using strong cryptography is so flashy that it makes you beam like a class A quasar on the internet saying "I have something to hide, look here!".

PGP ring of trust is requiring so much dedication of the users that your "secret" relationships are scarces. You even outline very nicely with PGP who are your dedicated conspiracy friends.

With the best crypto software no one knows what you say, but we know with whom you share. 

Tor? Please, I would be the NSA I would already know that any peer to peer/anonymous technology is sensitive to a majority attack and I would use my budget to spin a thousands nodes to have a secure channel inside my nodes used for spying the "good guy". Yep, I would put a dark net in the dark net to spy the dark net. Plus there is no risks, since it is not regulated, thus spying cannot be condemned. I love stupid people. 

But, this is too high level. Let's go back to the scent of a 1960's Paillet's primary school.

You know, I am old. I used to be a volunteer during the election for counting and re-counting ballots by hands. What I liked is that from all the end of the process I could guarantee there was no cheating. I could embrace with my eyes sufficiently enough information to guarantee that in "bureau 15 de Marcouville" there never was cheating in my city and that the number were correctly reported in the town hall under my watch.

PGP, like pip, apt-get .... all relies on the screen and the lies of "hello world" is simple to interact.

I am not paranoid, since I have altered inputs and outputs of computers numerous time without altering computers. Computers even alters the data spontaneously. But who cares. I cannot trust a system I can make lie easily without resorting to high level technologies.

Even though I am a bit more educated than average I don't have the physical time on earth to audit any of the stuff I am using. This includes the checking that software are not lying, nor networks, nor hardware. I cannot embrace -at the opposite of real life manipulation- all the information required to audit the process in a single glance. I thus think that it is inconceivable to fully trust a computer.

Even the small CPU inside of my PC responsible for booting an OS on a JVM to do the crypto signature is alien to me. I have no idea if it works.

The fact that java has a wide spread bug due to the lie of "hello world" is simple make me think the security part responsible for secured booting that requires my magical boot is not safe.

It probably represents 10% of the cost of the CPU. A feature I don't wish, trust or like. It does not feel secure at all, it evens look like a security hole to me. But I have to howl with the pack if I want to be considered a serious IT worker. I have to buy this unsecure shit, else I cannot use any serious secured crypto features.

So, like every morning, since I look for a job, still I am gonna read the PRAVDAs of Information Technologies: ycombinator, reddit, slashdot.

I have to pretend unicode is a mutable format for a string without Chtulu waiting to be invocated through a mispelling of an arabian string with a BIDIR character and a politically correct emoji mixing the klingon from a private plan in the middle.

I will have to pretend dockers and containers are not the new "POSIX threads gone wrong".

I will have to pretend distributed system are stable systems easy to code.

I will have to pretend I don't see the cumulative costs growing while the margin are dropping when the number of users grow, thus dooming any logic of benefits of any startups.

I will have to pretend KSAT problems (dll hell) can now be solved in a polynomial time (with clear evidence of the opposite).

I will have to pretend I believe in the lie of not being able to deliver software on time because it is "based on creativity" and that creativity cannot be bounded to milestones (for christ's sake; I have been the groom opening on time thousands of spectacle who were involving more potentiality of failure than any single projects I have worked on: I do think that doing acrobacy  over a pyrotechnical stage is kind of way more hazardous than using a MVC with an SQL database.

But you know, I have a pride. I will still laugh. Because the same way a Kundera protagonist would stop caring about the communist regim around him by watching at trees blooming in spring and understanding it is not the world that is gone wrong: just our heads. And I can laugh with the whole of my slavian soul in the middle of the turmoil. Lewis Carrol, Gogol, Kundera, Kafka, Gombrowicz, Buckowsky all prepared me for this day.

And, even if my code from the 1996 made in physics lab does not seems sexy by 2015 standards, I am proud of it:
it is a C code piping into a Tcl/Tk interpreter (whose path is configured in a config file) that goes fast enough and that I can still read and maintain. It still does the job. I bet on the right technologies that would stand.

After 20 years of User Interface madness (async UI are bad (Java/tk) let's do async/sync UI (PHP), then let's add a stateful interface to a stateless interface (Oauth+xhtmlpartialrequest+webrtc+localdb+HTML5...)); my code still works. It does even do math correctly! Correct design stays correct. I do advocate Tk as a serious cross platform UI toolkit.

And you know, You should be glad the people like me exists. That there are people not believing in total automation: you prefer nuclear plant to be driven by human beings with valves and knowldeges and making drills from time to time, rather than a fully automated plant with no one able in a 3km radius when a fast growing incident that can blow the planet happens. You really wish a team of able workers to be 24/7 at the command of a nuclear plant that can deal with the unexpected.

You prefer this because renewable energy may deliver energy but not during the peak of power, and thus, whatever propaganda maybe put in your ears, since we are incrementing our peak consumptions notably because of computers  nuclear plants are bound to be constructed again.

You prefer people like me because howling with the pack is not the right way to build long lasting software and because I am funny.

You will want to laugh, because it is not only the IT that are going wrong; it is also the economy, the official science, politics, common wisdom.

You will want to join me in a sane laugh at the madness around us.


The BauSoftware Manifesto

How fun would it be to replace a few word in the Bauhaus Manifesto that is the root of modern design, and republish it?

April 2015

The ultimate goal of all art is the building! The ornamentation of the interface was once the main purpose of the software teams, and they were considered indispensable parts of the great software. Today, they exist in complacent isolation, from which they can only be salvaged by the purposeful and cooperative endeavours of all artisans. Sysadmins, analysts, graphists and developers must learn a new way of seeing and understanding the composite character of the sofware, both as a totality and in terms of its parts. Their work will then re-imbue itself with the spirit of architecture, which it lost in salon art.

The art and engineering schools of old were incapable of producing this unity – and how could they, for art may not be taught. They must return to the workshop. This world of mere drawing and painting of draughtsmen and applied artists/developers must at long last become a world that builds. When a young person who senses within himself a love for creative endeavour begins his career, as in the past, by learning a trade, the unproductive “artist” will no longer be condemned to the imperfect practice of art because his skill is now preserved in craftsmanship, where he may achieve excellence.

IT crowd, business analysts, designers – we all must return to craftsmanship! For there is no such thing as “art by profession”. There is no essential difference between the artist and the artisan. The artist is an exalted artisan. Merciful heaven, in rare moments of illumination beyond man’s will, may allow art to blossom from the work of his hand, but the foundations of proficiency are indispensable to every artist. This is the original source of creative design.

So let us therefore create a new guild of craftsmen, free of the divisive class pretensions that endeavoured to raise a prideful barrier between craftsmen and artists! Let us strive for, conceive and create the new building of the future that will unite every discipline, architecture and sculpture and painting, and which will one day rise heavenwards from the million hands of craftsmen as a clear symbol of a new belief to come.

IT excuse for being late due to the uncertainty of creativity is plain bullshit

The first paradox of Information Technology (IT) is that we see computers everywhere except in the economy. To turn it in other words, IT industry does not seems to help people earn money, still, it represents a growing cost.

To explain this paradox one main cause have been proposed since 1968: IT projects are late and tend to blow off there expectations in investment and operational costs more than in any other sectors.

The pathetic excuse of Fred Brooks that all the IT have using for failing is: we are late because creation is by nature an unpredictable thus, we cannot plan neither know how much investments are required, nor how much the operational costs will be. That is the reason why IT economy is not based on obligation of results (all corporate software decline liability) but obligation of means.  Joel Splosky, and a lot of developer I respect recommend (as I do) to read this book. I do recommend to have a critical reading though.

I think it is true, and that it is much more an effect of belief and self predicting realisation than a fatality. In this essay I will try to tackle so much in depth this idea that I wish to hear its ankle crack.

Costing and pricing are impossible, still IT companies are doped like soviets athletes with investments (thanks to Dragi, Yellen, YC, and all investors). And still IT projects are late, under delivering and considered a cost sink.

Well actually, not all activities that are creative fail to deliver on time. 

As a former groom in a theater I know for sure that a lot of creative are able to deliver on time astounding new creations:
dance shows, circus shows, plastic art exhibits, movies, concerts... with an expected quality (except for plastic arts (lol)).

You may think, artists are not tied by the ridiculous requirements of economics and technics and this is not a  competitive market.

Well, it happens I have been experimentally covering for La croix when I was a teenager the Avignon festival (I am the last person to have interviewed Heiner Müller), my brother has been managing a hip hop dance company (Trafic de style) and my mother programming artists in a national scene. And I am born french (appeal to the cliché for this one) but still am familiar with other stuff than France :)

So I can tell as an insider that the inability of software teams to deliver on time and in the expected envelop of costs something said to be by nature creative does not hold a ground. I also happen to have studied engineering of organisation in CNAM Paris. I could also tackle the problem with an engineering point of view, but it would be less fun.

Delivering in time and in budget is totally possible... unless you build a Babel tower.


The misconception about creations being inherently unpredictable in costs and delivery

I have been interviewing Richard Owens at WIPO in Geneva a long time ago. Software industrie is not protected by patents but by author's right because it is said that the value is not in what the software does, but HOW it does it. The international protection based on Bern/Genveva conventions values the original expression of the author. As a result legally speaking software industry has to be considered the same as any creative industry. Software is indistinguishable from a  piece of art.

What you may not now about art companies is that the myth of it being heavily subsidized is false for most companies : for one subsidized show in Avignon there are hundreds of non subsidized show (the off festival). Still a show is not I do whatever I want on stage and everyone can do it. It is an awful lot of work

Even small companies have to format the delivery of their production in a formal way.

Requirements in terms of space, volume, weight, capacity to move the piece of hardware, if ever they bring their light/sound engineers/equipment, the time, the required size of the stage, the cost of the show, the dates, housing, transport .... respect of security norms (like use of pyrotechnics), planning insurances, the audience (you don't show adult contents to kids) ... any shows requires artists to provide a huge list of requirements.

It also requires to deal with intellectual properties. Authors have to be registered as well as interprets, and all the external assets (music, text) have to be declared and paid.

You may think it requires less coordination. Well no. Carpenters, decorators, plasticians, actors, realisation, production engineers, technicians have to be coordinated and if you use external resources from a theater (light/sound engineers/technicians) they have to have their directions formalized. So companies may also have to deliver procedures for complex tasks in a formalized way. Because they are outsourcing part of their functions.
So showing on time for an artist is as complex as delivering on time for software engineers. It requires as much "costs of coordination", it involves as much "unpredictability" in the planning, still they show on time.

They do it.

Benefits, still are unpredictable. You never know if you will succeed. But every artists knows that not showing on time is gonna ruin any possibility to earn any benefits, else they are ruined.

They lose trust of the industry (tourneur, and theater), no money comes in... once you begin to lose trust, you begin to lose revenues.

Some says size matters. But, delivering on time and delivering their "technical notes" is the common ground of all companies. Size really does not matters. Stomp, Cirque du Soleil, the circus touring in the country side, the semi pro companies, street artists all do follow the rules of having both "packaged" their delivery according to the standards AND on time, AND reasonably in the budget.



They build to budget.

It looks like from the eyes of a computer developer like a permanent Quality Assurance process.

First the metteur en scène (or the company as a whole) comes with an idea and decide to divide it into smaller pieces. And according to the complexity of the play/budget they plan their date of show, and implicitly devise milestones according to their former experiences of delivering on time.

They setup a proof of concept at the very beginning, and try and repeat their idea. Every days like maniac. Dancers are the most impressive.

At no point a company have no materials.

Since day one, people will have something to show. Actors can memorize their texts and repeat it to time it. Dancers can have small gimmick they show. Decorators/plasticians will show a prototype...

As soon as needed the other corps de métiers are mixed together.

People are repeating, training all the time. As soon as the budget for the pure creation part is exhausted, they repeat. Over, and over again. From the begining to the end. The show is permanently played, checked, modified, replayed. From day 1 to the end it never ends. When you make a creation, you have to submit to the entity founding you a business plan. Else you will have no founding, from no one. And for having seen the quantity of papers that are demanded in order to prove an artistic project is viable it has nothing to envy to formal companies. I would say it is very rigorous.

At a given time varying according to the complexity of the show, a filage begins before the première.

My fuzzy memories for a long time ago says that it is for a classical show it is something like weeks or months before the first presentation.

During a filage, maniacally people play the show over and over again until it is perfect. During the filage, the show is put in its chronological order/final form and more and more external eyes are introduced to get a feedback, and if time is missing the réalisateur might cut or rearrange the show. It looks like integration.

You may think that the creation is carved into marble after the first the show. It might be true for big shows (musicals, huge companies like stomp), but most of the time, during the tournée the company will improve the show to maybe introduce stuff that could not be shown because it was not ready for day one, or cut stuff that for which the audience is not receptive.

People may think that shits never happens to artists. It is true that the rotation of the artists in a company is way lower than in the IT sector, and it helps a lot. However, legs get broken, stuff get stolen... And sometimes you need to replace complex piece of equipment and know how or artists on the fly.

A new artist or technician even though every company works differently (autocratic with narcissists tendencies ruling their show as business men, almost hippy companies sharing everything, enthusiasts, punk/squatt grown blobs) always integrate fast.

Because everyone share a same concern : the show must go on.

And what about the money?

Mainly from the idea of the show to the first show we are running into the KPEX part of a project.
An artistic show begins like a cost sink.

But, after the first show, according to the success the company will adapt its operational costs to the gauge and the time of the show and the frequency of the show that it can aim regarding the success it has.

Gauge can range from n shows of one spectator every 5 minutes (street performance/event) to 90 persons, 700, 1400 show in a theater, or 100 000 in a one time event when it is Découflé or Royal Deluxe making a défilé.

Artistic companies have been far more serious at following their costs and expenses at my experience than any manager I have seen in IT industry.

Plus, they adapted their cost/revenue packaging to the uncertainty of their job: once a show as been seen, it will have a tendency to not be seen again. So shows have a 0 to climax then climax to long trail kind of economical curve. The show changes constantly in terms of prices, costs and expenses according to the curve of success of the show.

Circus are not having the same expectations of revenues than a one time event subsidized by either a sponsor or a state.  Artistic business is as spread in its pattern as IT industry.

So how is IT failing with a stronger requirements on diplomas or project managements?
There can be one an only one answer.

Something is rotten in the state of Denmark
No I am joking. But, yes I do think it is systemic to our field of work. Something is definitively rotten in the IT industry at a fundamental level.

I am thinking on it, and plan to write an essay in the future on this topic. But I may have some leads.

By being scientific now that we know what is common (creativity and expected processes of respecting business and technical requirements) we can now think of what differs. I can also add something surprising: since there has been a financial bubble on education the education does not differs. Yes, I have met artists with MBA, Ivy leagues diplomas, no diplomas ... There is no difference in education.

Maybe it is the the structural forms as defined by Mintzberg : IT companies tends to adopt bureaucratic/specialized division of the work whereas artistic activities tends to chose  functional ad-hocraty ?

Maybe it is because the artistic market is more competitive than the IT market, since there are fewer entry barriers in terms of diplomas, or legal requirements, and the market is less opaque?

Wrong incentives given to recruit workers ? 

Maybe even though formal division of work is very standardized in art (artists are NO sound/light engineers, régisseur, manager and vice versa),  all these functions are sharing a common lingua franca avoiding a Babel tower effect and share a clear incentive/vision of what has to be built and the constraints.

But still one thing strikes me: artists have a stronger ethic, and I would suggest that artistic incentive based on reputation rather than money helps recruiting people with a Beruf is better than stock options.

Still ESA was able to build the Philae Rosetta mission. NASA was able to make software function on mars... I don't think this problem is inherent to programming in itself, or the culture of a country but rather to so called profesionnal sector. 

What differs? What is the smallest set of parameters explaining why we suck at delivering on time?

When armies are defeated, I tend to blame the strategies, not the soldiers nor the guns.

What is wrong? How do clowns and other saltimbanques coming from squatts outperform engineers coming from Ivy leagues ?

Ce que l'on apprend de faire son alcool.

Dison que je ne suis pas un rebelle, mais des fois, faut pas me faire chier.

Oui, j'aime l'alcool.

Mais 100% de taxe sur un tel vice en TVA c'est dégueu quand tes dépenses contraintes sont faibles.

Reprenons, l'argent se divise en 2 flux, celui dont tu as besoin, et le superflu (l'épargne).

Mais, comme on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve, certains jours sont plus coûteux.

Donc l'épargne a aussi une fonction de tampon d'emmerde égale à la demi vie d'une période avec le couple incapable de travailler. Ex incendie d'appart = 3 jours de buffer et plus.

Être pauvre, c'est penser en mois se dit-on quand on pense à une année. Puis on découvre qu'on peut penser en semaine, puis en jour, puis en jour négatifs... grâce au dettes.

Et on découvre que les dettes sont des chaînes. Et on découvre qu'une taxe c'est de l'argent que l'on prélève pour payer des emprunts. Bonne raison de prendre des emprunts quand les gens boivent de l'alcool: cela à un coût social qui nécessite de faire des prévisions (des fonctions de tampons d'emmerdes). Certes. Mais est-ce normal de sanctionner par deux fois les plus pauvres et de -sous sanctionner et rémunérer- les pratiques nocives sur le plan économique des plus riches? 

Entre la merde noire (la vraie pauvreté ou le tuyau pour le besoin est  inférieur au besoin) et un tampon d'auto-assurance de 12 mois, il y a un spectre.

Et dans se spectre tu fais des sacrifices à la hauteur de ta fenêtre de vision du futur:
- restaurant (même mensuel ou pour les fêtes);
- cinéma;
- sorties sociales,
- smartphones;
- gargottes;
- ....

Puis il y a tes vices.

Ils rentrent dans ta fenêtre de sacrifice.

Et puis tu réflêchis aux maths derrière le sacrifice et le retour à la communauté...

Ta quantité d'alcool elle va engendrer le même coût social que tu sois riche ou pauvre.

Imaginons que nos économistes aient bien calculer les taxes.... Alors les montants cotisés par tous sont suffisants à payer notre dette morale à la société.

Seulement il y a 3 types d'alcoloos: celui dont le tampon de voir venir est suffisant pour se balancer de ses actes. Celui qui de toute façon n'a plus les moyens de payer et c'est bien fait, puis y'a moi.

Alors, moi j'expérimente: faire ma gnole. Et ça marche.

Simple, tu prends un cancre au lycée (moi), tu prends des profs chiants mais des cours intéressants sur la fermentations et la recette de ma femme issue de la sagesse populaire d'ingénieur pendant la guerre froide et boom.

Je fais ma gnole.

On m'a toujours dit que j'étais trop théorique pour être pratique et vice inversé, mais c'est cool quand pratique et théorie convergent entre nous.


J'ai fait mon alcool et j'ai fait mes calculs. Je me fais encore enflé car on subventionne massivement les marchands d'alcool. Même en truandant, je produis sans compter mon temps en dessous du prix du marché taxe incluses.

40 kg matières premières: 140$
1.5 (ou 3?) gl vodka 150$
sucre : 10$
bouteilles, bouchons, stérilisant: 40$
temps : 4 jr * hommes * 0 $ / heure (je me paie pas)

Total: 340$

Avec ça je produits: 17l d'alcool entre 10 et 20% GL chaptalisés.

Je truande : je me paie pas.


Pour 5$/l j'ai de la bavaria à 5% au supermarché du coin. J'ai intérêt à être 4 fois meilleur en taux d'alcool, soit 20%...

Je sais que je suis bon, mais, même en comptant la vodka utilisée pour tuer la fermentation alcoolique j'ai du mal à croire que j'ai tout bien fait.

On entend dire partout que la main d'oeuvre c'est ce qui coûte le plus cher dans les pays industrialisés. Mais même en me comptant pas j'arrive pas à atteindre le prix des produits disponibles  sur le marché.

Moi je veux pas dire, mais j'appelle ça de la concurrence déloyale.

Et quand je dis ça je dis que des producteurs -solidairement responsables- des alcoolos de la communauté devraient payer leur dûs et non être subventionnés.

Parce que merde, ma gnole elle est bonne merde, et j'ai aucune incitation ni économique ni légale à la continuer. (le ratio gain potentiel/emmerde que ça attire est gros pour un rendement économique négatif)

Mais c'est tout le fun quand même.

J'ai peut être un peu zappé quelque partie du cours. L'explosion de la bouteille à cause d'une fermentation non stoppée c'était bête. M'enfin sur un point de vue d'opportunité et de rendement économiques au vue des risques en jours d'arrêts forcés, et du travail à fournir pour obtenir une goutte de liqueur, il est fortement déconseillé de produire de quantité supérieure à ses propres besoins, parce que c'est pas rentable. Bientôt, est-ce que cuisiner des plats chez soi va aussi arrêter d'être rentable?

Le cri de la bonne chaire et des bonnes tables fait de moi un homme garou qui refuse qu'on lui ôte les bonnes choses de son assiette et de son verre. Tenez le vous pour dit; gare au garouille!

Les soutes à charbon des Technologies de l'Information: comment j'ai tué un ami

Imaginez la scène: le vendredi soir vous étiez à un pot de départ; l'entreprise tenait ce genre de pot de départ collectif toutes les semaines tellement le turn over (rotation du personnel en québecois (mot qui ressemble plus à du français que le français de France)).

Le Directeur Artistique invitait ses amis à prendre de la coke et du whisky dans son bureau pendant que les soutiers se bourraient la gueule à la bière et certains  vomissaient en fin de soirée autour du baby foot, et que certains sortaient fumer des spiffs. On travaillait pour une des industries les plus profitables du monde: la publicité en ligne.

Cette année là, j'ai fait de bons amis. Dont un qui est mort parce que je n'avais plus l'énergie pour l'aider, et c'est en pensant à toutes les lâchetés dont la mienne que j'écris. Je vais vous raconter comment j'ai tué mon ami.

Nous l'avons enterré au père Lachaise. C'était un homme brillant, et d'une hyper sensibilité extrême. C'était aussi l'un des 4 graphistes qui m'ont tout appris sur les CSS et la conception web, le javascript et jquery et les finesses du HTML.

Il y a lui, Guillaume, Jeremy et la place que je garde toujours dans mes énumérations pour la personne que j'ai oublié.

Je crois que notre amitié a commencé à un de ces pots obligatoires et lénifiant où tous les employés sont invités à participer, où tu es dans la soute à charbon et que les directeurs se gargarisaient des résultats de la même manière que la pravda annonçait comment l'Union Soviétique était un pays de liberté et de partage.

Tu voyais dans une autre pièce l'énorme collation qu'ils s'étaient préparés pour fêter leurs énormes bénéfices obtenus sur le dos de tes heures supps non comptées, et tu voyais les 49 employés et les 7 bouteilles de champagne. Pendant qu'ils nous racontaient comment un tas de merde était un fait le fertilisant sur lequel nous allions faire grandir le réussite du futur, j'ai glissé à l'oreille de mon compère: hé, ça fait 10 cl de champagne par personnes, c'est un peu racho. Alors, j'ai un peu rétabli l'équitabilité des ratios. J'ai toujours été habile.

Nous avons bu à 4 une bouteille de champagne que nous avons partagées équitablement entre nous les soutiers du web au milieu d'un parc d'une ville de bourges pendant qu'ils faisaient tourner leur djalib..

Vous voyez sûrement en moi un gredin qui justifie des filouteries par un pseudo sens de la justice pour l'instant. Mais je vais tenter tel Seurat de mettre des petites tranches de vie qui une fois l'histoire terminée vont vous donner une plus grande image du retour de l'hygiénisme Victorien. Le retour de l'atavisme social si cher à ce connard de pseudo socialiste de Zola (aussi socialiste que tout les ENArques du PS); la pauvreté et la misère sont inscrites dans les gênes des pauvres, et les pauvres sont une menaces à la bonne hygiène de la société par leur manques d'hygiène de vie qui menace les bons citoyens. La vie des pauvres est un assommoir marqués par l'abus d'absinthe et autres vices immoraux qui est après tout sont leurs choix.Restreignons leurs choix, et il n'y aura plus de problèmes. Zola, pensait être compatissant. Ils coûtent à la collectivité plus qu'ils ne rapportent semble être le slogan des hygiénistes, et après tout, ils l'ont bien cherché. Vae victis. Pourquoi être solidaires de mauvaises habitudes que les pauvres contractent qui semblent être contagieuses. Pourquoi payer pour les vices des autres? Aller on va les aider. Supprimons non les causes des vices, mais leurs échappatoires.

Comme le rat qui boit son héroïne dans sa tasse d'eau et qui ne peut plus se défaire de son habitude.... le pauvre contracte des habitudes mauvaises pour la société (je reviendrais plus tard sur la fausseté de cette conception).

L'addiction, la maladie, la contestation, l'obésité/malbouffe aujourd'hui, l'alcoolisme, le tabagisme ... le manque de propreté et le cortège de choses qui s'ensuivent et de mode de vie asociaux comme le cyclisme à Montréal. Ostie de cycliste pourquoué t'as pas un char comme tout le monde maudit bobo qui fait chier tout le monde.  Le pauvre est pas drôle et il fait chier... surtout les riches.

Mais, revenons en à mon ami, surtout l'addiction.

Quelles sont les 4 substances les plus addictives et dangereuses qui coûtent à la société ?
Cocaïne (et dérivés dont crack), héroïne, tabac et alcool. 

L'alcool et le tabac sont réglementés par les gouvernements, et la production d'alcool en France est largement subventionnées par l'état. La SEITA productrice de tabac jusqu'à récemment (de mon point de vue) était un monopole d'état. Tout comme la française des jeux qui n'a de cesse de faire des jeux de plus en plus addictifs ... comme le rapido. Et tout le monde le sait, la bible, la torah et le quran dénoncent ces pratiques... (La bible -comme d'hab- doit encore lier le vice à l'appartenance à une ville, ethnie ou autre truc bien gerbant. La bible premier bouquin de raciste devant Dieu). On passe du comportement à la morale, et souvent de la morale à la vertu, et par les vertus de la sur-représentation de certains dans les assemblées à la règlementation des mœurs par des lois.

La solution est simple : ne jamais toucher aux drogues pour ne pas tomber dans cet enfer. Vous pouvez ouvrir les paradis artificiels de Charles Baudelaire, la partie sur l'héroïne (ou l'opium j'ai oublié le bac de français est lointain) illustre la déchéance d'un éminent chirurgien qui a pris cette drogue. Baudelaire de l'autre coté énumérait les autres drogues acceptables socialement selon lui; vin et haschish. Le vin qui est un des personnages des fleurs du mal. Notamment le vin de l'assassin.

Ma femme est morte, je suis libre!
Je puis donc boire tout mon soûl.
Lorsque je rentrais sans un sou,
Ses cris me déchiraient la fibre
L'horrible soif qui me déchire
Aurait besoin pour s'assouvir
D'autant de vin qu'en peut tenir
Son tombeau; — ce n'est pas peu dire:
Je l'ai jetée au fond d'un puits,
Et j'ai même poussé sur elle
Tous les pavés de la margelle.
Je l'oublierai si je le puis!

Mon ami avait commencé à 13 ans dans son quartier parisien. Rien ne le destinait à ça en terme de CSP ... issue d'une famille huguenote ré-immigrée de France après un détour par l'Allemagne ou l'Alsace. Il venait de la HSP. La haute société protestante. On ne peut pas vraiment parler d'atavisme. Plutôt de malchance.

Vierge d'addictions à ces drogues, j'ai découvert un monde étrange et pénalement répréhensible, mais où la loi n'est pas appliquée de la même façon selon que vous soyez riches ou pauvres. 

Je vais parler dans le deuxième article à venir d'un monde où les gens sont selon les standards de la société bien mieux payés que la moyenne et rarement en prison mais en permanence sous influence. 
Le monde que je vais décrire dans la première partie est celui de ma jeunesse. Eu égard au temps passé, quelques légères erreurs peuvent avoir altérées ma mémoire.

Quand j'étais au collège, dans autre collège de ma ville (celui ou charb faisaient ses premières caricatures et pendant ses années de collèges), une de mes relations fût prises ado à avoir quelques grammes de shit et fût envoyé en maison d'arrêt. Je ne sais ce qu'il devint, mais les prisons françaises ont valu à la France bien plus de condamnations de la cour Européenne des droits de l'Homme que la Turquie n'en a jamais eu. La prison française ne réinsère pas (le taux de récidive est énorme); elle est là pour punir violemment. J'ai eu de nouvelles de lui plus tard par un ami... ça c'est mal terminé pour lui.

Il n'y avait pas d'atavisme. Et ceci me convainquit que les drogues étaient mal. Pas les drogues en tant que tel, mais les risques disproportionnés eu égard à la répression pénale.

Autant que quand mon quartier défia le 14 de Persan et Cergy St Christophe en se mettant sur le marché des drogues. Les rates éclatées à coup de battes de base ball. Les descentes (ultra rares) de bandes pour règlement de compte. A l'époque je parlais de guerre de très basse intensité. Ca arrive. Mais il faut vraiment le vouloir pour être au mauvais endroit au mauvais moment. Tout se passe loin des regards. Sauf, les rares seringues d'héroïnes dans les jardins publics et le néocodion qui parsemait parfois les rues.

Ma ville était la proie à une rixe tous les 10 ans entre les Louvrais (la PJG) et Marcouville sur fond d'éthinicité et de dettes. La PJG le quartier des dealers, et Marcouville le quartier des consommateurs. Marcouville, une cité isolée de la ville par un autoroute. Un de ces nombreux ghetto visible d'avion quand vous survolez la France. Une enclave urbaine. Une trappe à pauvreté où des familles initialement pas pauvres ont été emmenées dans la spirale du déclassement et dont il devenait dur de partir par appauvrissement constant. Une cité où une fille de 14 ans pouvait te raconter comment elle avait déjà été victime d'attouchements dans l’ascenseur à 12 ans. Mêmes les bons élèves pouvaient te montrer l'impact de 22 LR dans leur chambre suite à une dispute des voisins en face. Un quartier ou certains bons élèves du lycée (publique) vivaient. On montrait certains du doigt parce qu'ils fumaient du shit. Et des fois comme ils avaient pas suffisamment de tune ils allaient en forêt chercher du psylo. Ils terminaient avec une chiasse terrible et un foi détruit. Les champignons hallucinogènes sont hépatotoxiques. Cet élève de terminal C devait le savoir. Il était brillant et fils de prof. Pas d'atavisme. Pourquoi s'infligeait-il ça je me demandais?

Et tous les 10 ans la rixe. Pourquoi? Les pauvres  consommaient les dealers vendaient partiellement à crédit. Tout cela sur fond d'éthnicité. Les tosses, les ripalous, les intègres, les beurs, les turques, les gaulois un peu mélangés certes, mais avec des noyaux ethniques. Les dettes engendraient les recouvrements. Les recouvrements engendraient les larcins et les lattages de gueules en règle. Mes parents furent cambriolés une fois par des héroïnomanes. A quoi cela ressemble la rixe décennale? 1 troupeaux transhumaient l'un le long de la A115 par meute entière en bloquant les voies de l'autoroute munis de chaises, bar à mine, et autres objets et les Louvrais les attendaient au coin de la rue St Jean. La dernière dont j'ai eu entendu parlé, un gamin s'est retrouvé avec l'oeil qui pendait suite à une décharge de chevrotine.

Mais comme je le dis -ceci- était très rare comme évènement. 1 fois tous les 10 ans, loin du regard de tous. Fallait vraiment le vouloir pour le savoir.

Vous trouverez pas ça dans les reportages bidonnés que france 2 a eu fait sur la PJG qui les avait mené en bateau. Le reportage était limite un publi reportage livré clé en main par les dealers pour asseoir leur réputation ce qui leur a permis de faire du deal de coke et d'augmenter leurs revenus. Merci la télévision française subventionnée par l'état avec ses journalistes issues des écoles méritocratiques issus des classes CAMIF, où les profs comme les curés pédophiles de la République assurent au nom de l'égalité sociale de meilleures chances à leurs fils et ceux des notables qu'aux autres. Je le sais j'ai été dans des classes CAMIF.  Quand j'ai compris le système à 13 ans, j'ai choisi allemand 2é langue plus le grec et ait échappé aux classes poubelles. Au collège j'étais mes premières années dans une classe poubelle parce-que selon les dires des profs qui l'ont même inscrits sur mon livret scolaire du bac mes frangins auraient été des fauteurs de troubles. Ce n'était pas le cas, c'était juste des troublions inoffensifs.

Tout juste avons nous été recherché quelques années suite à nos pochoirs qui apparaissaient parfois sur les murs de la ville et des écoles. Le truc qui faisait marrer les gars de l'ESSEC "if your children  are happy they are communists" j'ai peut être vu qui l'a fait. Le gars qui a fait des pochoirs de pas qui montait le long du lycée, je le connaissais. Tout autant que les admirables fresques signés Riden qui accueillaient tous les matins les usagers de la lignes de RER la plus bondée d'Europe.

Riden était un ami dont je pourrais vous raconter comment il est mort vice champion du monde dans sa boxe suite à un match livré à 48h d'intervalle suite à un autre match à Las Vegas organisé par un russe pas clair.

Un bon ami qui a tenté de s'en sortir par la boxe. Le mythe de l’ascension par la boxe dans un monde de match arrangés... mythe véhiculé par une presse républicaine en mal de regarde ceux qui s'en sortent, si tu veux tu peux, quelle est ton excuse, la boxe c'est très bien. Laissez moi rire. Pour une réussite, combien d'échecs? Combien de personnes obligées de mettre leur vie en jeu quand il s'agit de faire plaisir aux plébéiens dès lors qu'ils tentent de rejoindre la compétition alors que ce sport génère bien moins de traumatisme en pratique que le rugby ou le foot. Les jeux du cirques. Le MMA me débecte. Mais mon pote, lui il a une avenue à son nom. Adolphe Chauvin aussi. Sûrement un descendant de Nicolas Chauvin qui a donné son nom au chauvinisme vu comment c'était un gars bien.

Pendant ce temps, vu mes notes atroces en français (j'étais collé avec des 17/20 parce que pour dire la vérité mes profs ne pouvaient rien me reprocher sur l'orthographe et la grammaire à l'époque, mais n'aimaient pas trop la teneur de mes propos parce que je pensais que la parole était plus belle quand elle était libre). Alors, je prenais des cours avec la proviseur d'un lycée à coté.

Elle était cool. Elle m'a jamais rien reproché à mon français. Je crois que j'ai peut être fumé mon premier joint avec elle et son fils. Ou alors, j'étais un fumeur de 2é main. Mais, ai je vraiment déjà fumé un joint, ma mémoire est brumeuse? Eux oui.

Eux à ce que je sache ils ont jamais eu de problèmes.

En fait, un des dealer de mon bahut était un fils de gendarme. C'était un bon pote. Il m'a un peu collé dans la mouise du fait de ses facéties, mais on s'amusait bien ensemble.Il était vraiment marrant et pas un violent. Faisions nous parfois l'école buissonnière pour boire une bière dans un parc derrière et un 2 feuilles passait-il de main en main? Je ne sais pas. C'est loin. Mais c'est lui qui m'expliquait que le rouleur devait toujours mettre la boulette du chef au dessus. Entre nous sa boulette du chef c'était une sphère d'1 mm de diamètre, et le reste de ses starbuzzs comparés à la suite des aventures assez faiblards... à vue d'oeil.

D'ailleurs un jour dans mon lycée (et Dieu merci le dealer facétieux n'avait pas pris mon tél) il y a eu une descente... et je l'ai plus jamais revu. J'aimais jouer avec lui. Bien que tout le monde se moquait de moi pendant nos entraînement de volley dans une salle avec 5m de plafond, mon heure de gloire est arrivée en collant 13 services d'affilée dans un match contre St Martin de France ... le "Eton à la française". Mon secret? On s’entraînait aux services smatchés, mais moi sous la pression au lieu de craquer et de mettre tous mes services dans le filet comme les autres, j'ai fait 13 services à la cuillère. Au lieu que ça m'ait aidé l'équipe était pas joisse : j'étais pas la star de l'équipe. Shit happens.

La PJG -elle- ne chiait pas là où elle mangeait.  En tout cas, j'ai rien vu de leur part. Donc il ne semblait pas vendre au lycée. Mais j'étais pas très finaud à l'époque.

Au lycée des Maradas chez mes amis "propres sur eux" avec qui je faisais du théâtre, qui fumaient tous, je connaissais un dealer épisodique. Un standing au dessus, ça rendait la drogue plus disponible. D'ailleurs un des gars qui dealait de manière épisodique a bien réussi... en politique. Il défend la veuve l'orphelin... et la culture un gars bien je vous dit.

Le vrai secret de la drogue c'est que pendant dans mon lycée publique il y avait quelques trous dans la pelouse pour permettre de planquer les joints qui circulaient un peu, à St Martin de France, la garderie pour gosses de riches dont les parents se contrefoutaient, la coke et le shit circulaient à foison.

Mais t'allait pas faire une descente dans le lycée où allait Guillaume Depardieu, le fils Bérogovoye,   le fils Delon et moults gens très bien qui aimait s'afficher avec le milieu ainsi que moult étrangers influents francophone. T'allais pas non plus à ND de la compassion (ou la passion des cons pour les intimes) ou à Vauban. Tu fais pas chier les fils de notables sinon tu perds ta job de condé. Oui, j'ai aussi des amis dans la maréchaussée.

Non, les fils de notables qui avaient de l'argent consommaient. Beaucoup. Et ils se comportaient comme des voyous intouchables: les fameux blousons dorés.

Je crois qu'une des premières tournantes dont la France a entendu parler à du être celle de 1996 à Cergy St Christophe. Pendant ce temps, moi et un de mes potes, on tentait de s'incruster dans les soirées. Notamment celles de son lycée, un bahut privé. On avait ouï dire de soirée de temps et temps. Et pour s'incrsuter, parfois on se planquait comme des détectives pour voir comment faire pour rentrer sans faire de vagues.

Une fois on a été un peu choqué. C'était dans les mêmes eaux. Je suis pas sûr de ce que nous avons vu. Mais ça ressemblait à toute cette pornographie à la Madame M, Virginie Despentes décrivait. 6 mecs, une fille, un truc blanc sur une table, la "noce blanche" et les lumières qui s'éteignent.

Qu'est ce que la "noce blanche"? L'état suivant la prise de coke pendant laquelle les personnes sont très sensibles à la suggestion. La cocaïne peut être rangée dans la catégorie drogue du violeur sans coup férir.

Pour moi cela ressemblait -de loin- à un viol collectif. Mais il n'y a pas de crimes sans victimes. J'eus pu témoigner, mais la gazette du Val d'Oise n'a jamais parlé de crimes ou rapporté qu'une fille ait porté plainte. J'ai du rêvé et mal voir ou peut être que dans un effort de thérapie la fille a probablement écrit un bouquin comme tous ces bouquins mal écrits de bourgeoise mal dégauchie où elle raconte a posteriori qu'elle était consentante et qu'elle a ainsi découvert la sexualité. Ou peut être que les journaux sont pas très informés. Qui sait?

Le crime des uns sont les initiations des autres. Et là où la fille de St Christophe a courageusement porté plainte, la fille de riche s'est probablement soumise à la contrainte sociale ... comme dans de nombreux autres récits que je pourrais faire. J'ai par un étrange hasard fréquenté parfois les gens de la haute...

Suis je un prole? Non. Un fils de bourge? Sûrement, c'était le nom que me donnait les 12 gars qui m'attendaient à la sortie pendant toute une année scolaire. Ils m'ont jamais eu. La fuite à toujours été mon art martial préféré. Je suis fort ... à détaler comme un lapin. Et c'est comme ça que contrairement à d'autres mes os et dents sont intacts.

Pas comme un des mes amis qui a été dans les mêmes lycées que le fils à ce gros cons bouffi de Gégé qui se comportait au dire d'un mes anciens maître d'arme comme un tyran des bacs à sables pendant les cours de savate .. à coller des chataîgnes dans la tronche des autres tireurs et quand la riposte venait à dire : oh là! je suis jeune premier j'ai un rôle demain, ne me frappe pas.

Et là est le coté victorien.

A > B. Un riche est supérieur à un pauvre car il peut lui faire faire ce que l'autre ne peut faire.

Un truc est sensé empêché notre société d'être la loi du plus fort. Comme au jeu du pierre papier ciseau, un 3é acteur est sensé aider à rétablir l'équilibre: l'état. A > B. C > B, mais C > A. Et C (l'état) est sensé rajouter une capacité d'équilibre.

Pensez à pierre, papier, ciseau et vous avez compris. L'état est la pierre, l'entreprise les ciseaux, et les citoyens sont sensés être le papier. Tout est sensé s'équilibrer ... dans la théorie.

Parlons donc de cet autre ami qui était bien plus un cas social que moi et qui a été malgré ses mauvais résultats et comportemenst violents (il participait au baston rangées à la défense entre les sharks et autres trucs prétendait-il et a arrêté le jour ou il s'est dit que c'était cradoque de faire péter les dents d'un autre contre le rebord du trottoir) qui allait de boîte à bac en boîte à bac. Le Graal de sa vie était de se marier à une héritière et d'avoir une porsche. Vous le détestez sûrement. Moi pas. Avec lui j'ai vécu quelques très belles aventures et je ne regrette pas d'avoir été son ami. Et je partageais ses rêves. Et je trouvais cool qu'il soit un bad boy.

Il passait parfois ses week ends (fin de semaine en québecois) à St Tropez après prétendait-il avoir pris un jet privé. Avec sa gueule de bourge, la police ne l'arrêtait jamais. Il était donc un transporteur.

Son sac à dos d'écolier pouvait parfois contenir un kg de coke (prétendait-il). Avec ce gars, il était possible qu'il était un peu mytho. Mais j'y crois pas trop. M'enfin comme qui dirait.

Il a brillamment réussi, fréquenté les Versaillais et les parisiens du XVIé. Tout va bien pour lui. Pendant que lui passait des kilos de drogues, mon frère se faisait arrêté par la police au retour des vacances quand il était trop bronzé et c'était chiant. Heureusement pour nous, il était bronzé que 3 semaines par an, il était pas arabe, eux c'était toute l'année.

Ce gars a fréquenté les rallyes. Cet endroit ou les fils de notables dansent le rock à 4 temps pour les plus nazes (Paris XVI) et le 3 temps (Versailles) pour les meilleurs. Ce rock codifié à l'extrême est comme une poignée de main d'une société secrète entre gens du beau monde. Les gars et filles en plein âge de puberté s'y fréquentent et ont open bar, et dans un coin obscur de la salle parfois sniffent ou fument. Ainsi que leurs premières amourettes. Il faut être sûr que quand les jeunes sont en âge de se sexualiser ils ne se mélangent pas. Un faux pas peu coûter cher, comme un bâtard.

Les statistiques de consommation le disent: ce sont les lycées où les enfants sont les plus riches qui consomment la drogue pas les pauvres. Tu as plus de drogue qui circulent dans les lycées du XVIé que dans tous ceux sur peuplés du XXé. Lycée dont le seul critère pour y accéder et l'adresse des parents.

Est-ce que leur consommation autrement excessive comparée à la banlieue les à mener à la désocialisation? Sûrement pas. Tel un David Cameron ou un George Bush, ils ont très bien réussi. Certains sont sûrement en train de faire passer des lois d'hyper moralités hygiénistes dans notre monde pour criminaliser encore plus la prise de drogue.

Quelle putain d'hypocrisie.

J'ai toujours eu peur des drogues -dures et douces illégales- et de leurs effets. J'ai toujours détesté les dealers et les cortèges de crimes accompagnant leurs trafiques : prostitution, mise en coupe réglé de quartier entier, violences ... J'ai toujours pensé qu'en achetant pas, on contribuait pas et que cela améliorerait le quartier.

Mais qui achète le plus?

Qui a le plus de pouvoir d'achat? Les riches consomment, les pauvres trinquent. Les nuisances de la consommation des riches sont subies par les pauvres, et les pauvres sont stigmatisés tant dans les discours officiels que dans la réalité pour la consommation des autres. Et c'est eux qui sont le plus pénalisés.

C'est écœurant non? Comme un combat de crackeux édentés à la gare de st denis. Parce que la police aimait bien déplacer les crackeux du XVIIé de Pigalle à d'autres endroits où ça faisait pas chier le tourisme. Chez les pauvres, ça gêne moins.

Mais, je peux aussi vous évoquer la drogue dans le milieu du métal et des bars de Paris. Ma vie d'oiseau de nuit m'a eu permis de voir et de rencontrer des destins brisés par la drogue et la prostitution appelée autrement.

Un monde de femme qui écartent les jambes quand on paie. On appelle pas ça de la prostitution, on appelle cela on appelle cela le libertinage. Et comme l'illustre très bien le cas DSK dans cette prostitution là les clients ne sont jamais poursuivis et les filles jamais écoutées ; après tout elles l'ont choisi. Des dominatrix aux prétentions artistiques qui s'ouvrent les veines et font des photos de leurs malaises j'en voyais tous les soirs. Après tout à 1000$ par mois de revenus par mois pour une étudiante, c'est pas si pire. Sauf quand la pauvreté gagne, que le nombre de dominatrix augmente et les règles du jeu (on touche pas) finissent par disparaître. Un monde ou tu bourres la gueule de la fille au champagne, ses narines à la coke et ensuite la chatte de jute. Un monde qui me plaît. Soit disant festif, empli de gens biens sous tout rapports qui termineraient maravé avec leur bites dans la bouche si ils osaient faire ça au grand jour dans ma ville.

Là encore, il faut pas exagérer. La super sexualisation  dans le milieu gothique et ses dérives sexuelles sont aussi rares qu'une soirée démonia à la loco. Faut avoir les yeux bien ouverts pour voir les ombres dans les alcôves.

Je pourrais vous raconter aussi comment j'ai arrêté de trouver le milieu des strip tease et de l’effeuillage amusant après avoir rencontré les filles.

Je pourrais vous parler de tous ces clodos ... des gens parfois bien qui tombés en pauvreté, parfois du fait de la maladie qui ont plus facilement accès à l'héroïne qu'à des traitements anti-cancéreux trop chers.

Je pourrais vous parler de ces gars bouffis par les oedémes liés tant aux addictions qu'à la maladie violent comme des chiens enragés autant que la douleur que l'on interdit de calmer.

Qui veut tuer son chien dit qu'il à la rage... Salops de pauvres, hein?

Mais parlons des drogués les plus nombreux: ceux autorisés par la loi à consommer des psychotropes au nom des profits de certains grands groupes.  Parlons des camisoles chimiques:

Xanax, lithium, laudanum, codéine, fluoxétine (prozac),  champix, néocodion, barbituriques hypnotiques, benzodiazépines, narcoleptiques, opioïdes, amphétamine, méta-emphétamines, corticoïdes et autres molécules altérant les humeurs et la conscience qui ne sont pas moralement répréhensibles parce que remboursées par la sécurité sociale.

Est-ce que ces drogués ont le droit à moins de considérations?

Molécules aux effets secondaires bien plus terribles que le THC.

Qui se souvient des enfants phocoméles? Oui toutes ces drogues sont tératogènes. Et donné la pharmacocinétiques de ces molécules prises souvent en cocktail, rien ne garantit que s'arrêter dès la connaissance de la grossesse suffit.

Les pharmaciens et les docteurs premiers dealers de France voire du monde! Mais ça c'est légal et réglementé.

Des professions libérales qui défilent dans les rues au nom du droit à entreprendre quand leurs revenus bien supérieurs à la population (hors zone de campagne) baissent. Une profession qui vit bien des subventions de l'état qui assurent grâce au remboursement et la solvibilisation des plus pauvres de revenus décents. Subventions prélevées sur le travail. Surtout pas sur les profits des médecins. Le meilleur du capitalisme et de la planification soviétique. J'aurais du être médecin.

Des professions sous influences qui acceptent les cadeaux et voyages offerts par les grands groupes au nom de la formation continue déductible des impôts.

Après les profs, parlons de cet autre groupe de notable sur-representé à l'assemblée nationale dont l'ordre créé sous Vichy attaqua le seul homme politique que j'ai eu respecté avec un relent d'antisémitisme et d'hygiénisme: Simone Veil. Un autre groupe qui vous veut du bien: les dealers avec pignons sur rue.

La France championne du monde de prescription de psychotropes par têtes de pipe. Des molécules aux effets secondaires dangereux.

En France comme au Québec, tu veux arrêter de fumer? La pharmacie et le gouvernement te disent: Champix et Zyban.

L'efficacité de ces molécules prête certes au débat (bénéfice coût/risque). Mais le risque d'engendrer des suicides est-il acceptables pour une efficacité non prouvée (si elle l'est mais dans des cas qui ne correspondent pas à la pratique)? Ce sont des anti dépresseurs recyclés en molécules miracles sensées arrêter le tabagisme au même titre que le mediator devint un coupe faim afin d'augmenter les revenus de l'industrie.

Pourquoi je prétend que le bénéfice est nul? Pour que ces molécules marchent il faut aussi un suivi coûteux en temps et peu rentables que soit les médecins ne désirent pas donner ou pire qu'ils n'ont pas le temps de donner.

C'est comme pour les anti-dépresseurs et autres molécules. Les molécules sont prescrites, mais beaucoup plus rarement les thérapies ou suivi sont prescrits ; personnes n'a le temps et l'argent pour ça. Si certains patient l'ont. Et pour eux ça marche avec une efficacité de 50%.

Je vous ai parlé de mes amis sous drogues illégales. Mais vous ai je parler de tous mes beaucoup plus nombreux amis sous drogues légales dont les destins ont été brisés?

Quid de de mon ami en maîtrise de biologie qui suite à sa dépression  et à la prise de molécules à tenté d'envoyer sa voiture contre un mur?
Notre ami commun ingénieur de formation terminant le visage bouffi par l'alcool à cuver comme un charclo sur les bancs publiques?
Des gens de nos familles ... sous anti-déprésseur.
Un ami schizophrène gavés de métaux lourds le corps déformé par les molécules?
Un dépressif lui aussi égalisé à coup de molécules et sans suivi...
Un conférencier américain sous ritalin depuis ses 8 ans squelettique comme pas deux m'expliquant que c'est pour son bien, parce que sinon il ne peut pas s'intégrer.

La même souffrance, la même culpabilité que les drogués illégaux et la même stigmatisation, et la même honte partagée. Notre société trouve urgent de culpabiliser les drogués légaux en augmentation constante qui creusent les trous des assurances maladies sous l'effet de molécules et de maladies qui n'en finissent plus d’apparaître et de coûter cher. Contrairement aux drogues illégales, les états augmentent leurs disponibilités et la solvabilité des consommateurs.

Mais suis-je contre les médicaments? Pharmakos en grec c'est un poison.
A petite dose ça soigne, à grosse dose ça tue.
Tout est question de mesure. Ce ne sont pas les molécules que je dénonce, c'est la perte du sens de la mesure. (Et appeler de l'homéopathie de la médecine, c'est du foutage de gueule)

 Par ailleurs, on le sait, peu de ces molécules ne marchent sans suivi de thérapie. A vous faire croire que ce sont des placébos actifs. Il faut aussi changer le comportement afin de changer l'environnement.

D'ailleurs, revenons à mes rats.

Il est faux que l'héroïne est définitivement addictive.

Mon ami était sous méthadone. Il avait lu sur le sujet. Je vous avais dit que c'était pas un cave mon pote.

Il voulait s'en sortir, et il m'a parlé de rat park.

L'expérience avec les rats -animaux sociaux par excellence- prouvant qu'une drogue est dure due à l'irréversibilité du phénomène. Étude menée par des scientifiques aussi sérieux que ceux qui ont fait interdire l'absinthe sur des mesures truquées (il a fallu attendre les années 2000 pour qu'un idiot retitre les absinthes en thuyone et découvre que l'absinthe est non seulement non létale, mais aussi en contient bien moins que le martini et largement moins que la norme (/17)). L'absinthe de Pontarlier des fabricants comme Emile Pernod (oui un rapport avec le pernod de pernod-ricard) est l'originale.

Zola dans l'assommoir illustre parfaitement la vision paternaliste des soc-dems bien bourges. Zola grand naturaliste se renseignait sur la science de l'époque et comme la Pravda mit en illustration pour l'amélioration du monde les théories du cher docteur Magan. Ca faisait plus légitime. Colle un blouse blanche et des lunettes à un singe et ça en fait un scientifique crédible.

Je veux parler de l'absinthe, car elle a été le terrain d'essai pour une France sous influence des presbytérien américain de la prohibition et aussi de ce que l'on peut appeler "The War On Drugs".

 Des Hommes de fois est des "grands humanistes au grand coeur" virent que l'alcool était mauvais et voulaient l'interdire. Pourquoi? C'est écrit dans la bible.

Vous pensez que je suis contre l’hygiène? Je suis pour l'hygiène: l'éducation des masses et les progrès de la science ont permis de faire gagner le plus d'espérances de vie possible pendant le XXé siècle.

Les bains publics, et le chauffage urbain, les logements salubres, les toilettes, le tout à l'égoût, les poubelles, la propreté, les réfrigérateurs, les nitrites dans la charcuteries, l'abandon de la saumur,  l'éducation physique, l'eau de Javel, la diététique, la pratique du sport sont autant de choses que les hygiénistes ont porté et qui ont contribué à l'augmentation de l'espérance de vie.

Disons que je suis partagé. Mais certaines personnes comme Pasteur ou Claude Bernard étaient aussi disons le des socs-dems de bénitier. Derrière leurs missions se trouvait la foi. La fois chrétienne soutenue par la bible que si les gens allaient mal s'était notamment de par leur faute de comportement amoraux. Supprime l'alcool et tu supprimes la misère engendrée par l'alcoolisme. C'est écrit dans la bible ça peut pas être faux.

Préparation à petit échelle pour les pasteurs américains (ligue de vertu), Louis Pasteur, Claude Bernard, L’Église catholique de la prohibition totale de l'alcool.
« [l'absinthe/alcool] rend fou et criminel, fait de l'homme une bête et menace l'avenir de notre temps ».  Sauf que les daims deviennent pas des loups après boulottés 3 pommes fermentées. 

Dans le contexte du philoxera pendant la période qui a vu la France perdre tous ces cépages originaux, nul besoin de s'attaquer au vin. Par contre, l'absinthe produit de substitution obtenu par extraction dans l'alcool de 6 ambroises était l'alcool qui ravageait.

L'alcool obtenu par bouillage de cru d'un moût souvent rempli de congénères (acétone, esters, aldéhydes) qui se retrouvait en sortie d'alambic concentrés dans le premier jus était parfois non sans danger. Pasteur ne pouvait l'ignorer. Mais ... qui veut tuer son chien dit qu'il est enragé. Puis on touche pas au intérêts viticoles en France.

Sa réapparition en France est due à une demande d'un groupe comme sanofi aventis de vendre un n+unième produits à rajouter dans les EXXX (molécules autorisées à être rajoutées dans la nourriture). L'Europe ayant donné une limite acceptable, et un curieux ayant une vieille bouteille d'absinthe a tenté de reproduire les résultats de 1900... Et c'est aperçu d'une petite erreur. D'un facteur 1000 ou 100 sur le degrés en thuyone. C'est comme ça que l'absinthe est revenue en 1998 dans sa forme originale d'avant guerre.

En science, on est sensé reproduire les résultats. Pasteur et Bernard avaient la capacité à le savoir trivialement (ils n'étaient pas incompétents) et les études initiales étaient grossièrement entachées d'erreurs. L'interdiction de l'absinthe est issue d'une manipulation de l'opinion basée sur des faits pseudo scientifiques erronées.

Valentin Magan, un GRAND psychiatre français. Comme pour beaucoup de psychiatres/psychanalystes  les problèmes du monde peuvent se changer non en réglant le monde, mais la perception du malade et en diminuant sa douleur. Si les psychiatres étaient chirurgien ils te diraient: T'as une jambe cassée? C'est pas si pire si tu changes ton regard, ça ira mieux. Allez prend une pillule et retourne travailler, elle va se remettre. Et tu aurais des thérapies où l'on t'expliquerait que c'est anti social de se plaindre de ta douleur que toute ça c'est de ta faute et quand t'auras accepté ça ira mieux et que dans le pire des cas on va t'interner si tu continues. J'aime les psys.

J'ai presque envie de faire un chapitre sur Cuvier, l'invention de la médecine médico légale (les premiers experts à la CSI) avec son cortège de charlatans: graphologie, anthropomorphisme (l'idée comme quoi les criminels auraient eu le visage de l'emploi, et que les juifs avec leurs nez crochus et leurs grandes oreilles étaient forcément des criminels), sémiologie, racialisme.  Jusqu'en 1970 un livre d'histoire officiel à fort tirage présentait la race humaine comme issue de la taxonomie des espèces et se séparait en 4 couleurs de peau. Comme si blanc, noirs, jaunes et rouges (les amérindiens) étaient des espèces différentes ... donc non fertiles par croisement. Le racisme cautionné par l'état en 1970, puni par la loi en 1990. Comme si interdire l'expression allait empêcher les idées de se propager. Comment dialoguer et raisonner les propos racistes si ceux-ci sont interdits?

Bref, les français ont inventé en 1900 les experts : des gens qui savent tous, mais ne connaissent rien et portent doctement leurs préjugés avec l'autorité des idiots. Mets une blouse blanche à un prêcheur en robe noir, c'est pareil au loup qui se met une peau d'agneau.
Science is the belief in the ignorance of experts. (Feynman dans What Is Science?)
J'aime autant les psys, et les experts que les scientologues pour vous dire. C'est pour ça que j'écris toujours con-sultans. (Oui, je l'ai été,  mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa).

Dans ce contexte de psychologie dont on peut dire que c'est aux limites du charlatanisme réglementé par l'état (il faut un diplôme pour exercer) ou moins de la moitié des papiers scientifiques sont reproductibles et les autres 50% sont ... pas tous kosher on peut parler d'une fraude institutionnalisée validée par l'état financée par nos impôts. Je préférerais cent fois qu'ils financent des mosquées, temples, synagogue et églises à ce niveau.

Les psychiatres sont ils mieux lotis? Asperger, autistes, TAP, ADHD ... toutes ces classifications qui ne cessent de changer disent une chose : ils sont inconstant d'une part, et d'autre part si t'es différent, tu n'es pas normal, et il faut te traiter. L'état va même à considérer cela un handicap...

Le handicap est-il dans la différence ou le regard des autres?

Doit on adapter la société à la différence, ou les personnes différentes à la société?

Doit-on médicaliser les gens différents, ou ceux qui ne supportent pas la différence? La différence est intrinsèque à la génétique et aux facteurs environnementaux (âge de la procréation, exposition à des produits divers (biologiques (médicaments, pollutions)  et minéraux (isotopes radioactifs, oncogènes, tératogènes)) qui modifient la gestation. La société considère que la charge de s'adapter est non à la société mais à des gens qui ne sont pas responsables et à leurs proches.

Est-il sérieusement acceptable de faire porter la responsabilité de l'évolution naturelle et des décisions passées et de leurs conséquences sur les dos d'enfants qui n'ont pas demandé à naître?

Autant pour les (rares) mutations génétiques la société peut rien.

Autant l'environnement est aussi la responsabilité des sociétés par le truchement des réglementations.  Certes, parfois l'état est poursuivi à la suite de long -très long- procès.Mais rarement.

Prenons le cas de l'autisme ; c'est un secret de polichinelle que plus l'âge du couple est élevé plus le risque d'apparition de l'autisme (et autres malformations congénitales) est élevé. Dans les pays de l'OCDE l'âge de procréation augmente. Pourquoi?

Parce que si t'as un enfant trop tôt (surtout pour les femmes) tu vas devoir dire adieu à ta carrière.

Donc, logiquement, les couples attendent d'avoir du capital pour assurer de bonnes conditions à leur progéniture. Et les 2 mamelles du patrimoine sont l'âge ou juste être né riche.

Plus la société s'appauvrit, plus les couples retardent la décision d'avoir des enfants car l'accumulation de capital est retardé. Et... boum.

D'ailleurs qu'est-ce que l'autisme? On mets ça sur le compte de la génétique, mais la gestation est aussi très sensible aux conditions de gestations. Il en résulte pour tous ceux appelés autistes une asymétrie de développement dans le cerveau. Est-ce toujours irréversible à la naissance? Non. Mais on s'en fout.

Donne de la cocaïne à cette pauvre Diane et ensuite colle lui l'affiche en 4 par 3 pour être une mauvaise mère -chère Pauline- tu as bien raison ma fille. Tu es mannequin tout le monde te donne le bon dieu sans confession, l'autre une serveuse galérienne dans un bar, c'est sa faute.

Voilà comment la société pense.

L'âge des parents est il le facteur déterminant du fait de la biologie ou l'accumulation de facteurs environnementaux? Les deux. Mais connait-on la part des choses? Non.

L'état juge et parti réglemente tant l'environnement que le droit à demander à faire justice.

Le citoyen est responsable, mais comme son président l'état est difficilement pénalement responsable.

Etat > entreprises > citoyens.

Telle est la relation d'ordre. L'équilibre de pierre papier ciseau n'est pas là. Seule la hiérarchie existe. Le bien fondé tautologique dans l'autorité. L'autorité est bonne parce qu'elle existe. La hiérarchie. Hiéros Archein ... la domination par le sacré, par les meilleurs d'entre nous (aristos en grec). Alain Juppé qui fût prof à l'ENA au Québec après avoir été condamné pour emploi illégal n'était il pas le meilleur d'entre nous? Le mode d'organisation de l'église catholique romaine inspiré par la République de Platon. Platon qui allait au banquet des plus riches et voulaient porter leur point de vue comme quoi un système démocratique et équitable où tous ont le droit à la représentation c'est mal. Salop de pauvres disait Platon, faut pas qu'ils aient voix dans une société idéale.

Et regarde les assemblées dites représentatives dans l'OCDE. Moins de 50% de femmes, les ouvriers et employés sous représentés. Mais les professions libérales et les entrepreneurs sur-représentées sont ils un gage de défense des intérêts de tous?

Il est important de comprendre qu'un choix sous contraintes n'est pas exactement un choix.

Il est important que nos assemblées légiférantes ont une légitimité basée sur la croyance dans la bienveillance des plus aisés à l'égard des plus pauvres. La croyance dans le respect de l'intérêt général par tous. Mais comme on dit dans une entreprise celui qui a l'argent fait les règles.

Si j'ai la possibilité -Nash vous le dira- je vais peut être bienveillant un certain temps (un jeu à n tours), mais quand les enjeux seront suffisamment importants, je vais vous trahir. En fait c'est mon intérêt... plus vous avez confiance en moi, plus le pécule issu de ma trahison sera élevé.  Donc mon intérêt est de vous trahir après avoir maximisé le crédit (autant financier que moral) que vous m'accordez. Un peu comme la SFIO (devenue PS) le fît avec le peuple en France. Un peu comme les 68ards....

La morale nous en préserve me direz vous, les maths nous y condamne je vous répondrais.

L'addiction revenons y.

L'accroc à la drogue est un handicapé. Un handicap non de naissance, mais acquis. Le préjudice est-il lié à l'état du malade ou au regard? Que faut-il sanctionner?

Le handicap est-il un choix ou une décision uniquement imputable à la personne. Et toujours le handicap est beaucoup dans le regard de l'autre. Or la société criminalise, marginalise le drogué (sauf au Portugal et d'autres pays que j'ai oublié ou le drogué est traité comme un malade)

Le handicap est supposé être irréversible. L'addiction l'est elle?

Elle l'est. Sinon, comment expliquer que tous mes petits blousons dorés chéris sont aujourd'hui bien intégrés dans notre société (à l'exception de quelques accidents de parcours déguisés en je ne sais quelle maladie exotique).

Je vais reposer la question autrement.

Les rats dans leurs cages peuvent ils décrocher ?

La réponse est OUI!

Ouvre les cages, permet aux rats de sortir s'exercer et profiter de la nature et ils reviendront pas à l'héroïne.

Est-ce à dire que les animaux ne se droguent jamais?

Hu hu. Si vous avez jamais vu un chevreuil bourré après avoir mangé des fruits fermentés vous ignorez ce qu'est la nature. Mais mettez une coupelle d'héroïne dans la nature à coté d'une coupelle d'eau et dîtes moi ce qu'il advient. Je suis curieux de voir le résultat.

La recherche stigmatisant la drogue comme l'absinthe était faible au niveau de sa qualité mais opportune afin de porter une loi de mœurs. Il n'est pas étonnant que ce soient les intérêts religieux qui aient porté le fer contre la drogue. L'église opium du peuple aimerait redevenir la seule drogue officielle. Judaïsme, chrétiens, hindous, confucianistes, boudhistes, musulmans scientologues et coaches tous unis contre les drogues.

Un préjugé habillé des habits de la science, qui contrairement à la science n'est pas révisé avec l'apparition de nouveaux faits.


C'est ce qu'avait découvert mon pote. Est il est parti dans la Creuse dans la grotte d'un barbu se ressourcer pour changer son destin. Il a changé son environnement pour tenter de décrocher. Et il réussi pendant les mois précédents sa mort, et il retrouvait goût à la vie. Il avait arrêté de fréquenter tout ce qui était toxique ... en tout cas il fréquentait plus les agences webs dont je vais parler la fois prochaine.

Je ne connais pas tous les détails de cette veille de 31 décembre.

Et l'année avant mon départ, le 31 décembre alors que j'étais seul à la maison, dans le noir épuisé à la suite d'un énième retournement du destin, il m'a appelé me demandant de l'héberger.

Je ne connais pas toutes les circonstances.

Déjà qu'il fût sur Paris craignait du boudin. Il était sensé être en Creuse. Son retour était sûrement lié à une galère que j'ignore...

Je sais juste que quelques jours après la police nationale m'a appelé et que mon pote était mort d"une overdose, et que j'étais la dernière personne qu'il avait appelé.

Mais comme une personne qui après avoir sauté dans le vide comme un idiot il avait réussit à s'accrocher à une branche, et moi ... moi même magané par la vie, j'ai été trop faible pour lui tendre la main. Mais j'aurais pu.

J'ai tué mon ami. Il m'a appelé à l'aide, il m'a fait confiance, et moi je n'ai su lui tendre la main. Non à cause de mon rejet de sa condition, mais parce que j'étais épuisé. Mais je suis sûr que j'aurais pu. 

Une semaine plus tard, j'ai joué amazing grace à un autre ami commun comme le tocard que je suis, et nous avons pleuré.

Lui pour sa perte. Moi tout autant que de honte et de culpabilité.

Voilà la fin de l'introduction: le contexte. J'ai tenté de tordre le cou au cliché du drogué accroc qui choisi et qui reste accroc parce que c'est dur de décrocher. J'ai tenté de me donner bonne figure, car sur ma conscience j'ai le poids de la mort d'Edouard. Le sombre secret à l'origine de mon exil. Mais je vais vous prouver que nul n'a vraiment connu la vie sans avoir vu la main qui dans l'ombre avec milles soins assassine au nom de la morale.
 Dans la deuxième partie je vais parler plus spécifiquement sur le monde des TI et des conditions de travail et de l'influence environnementale. Et de la face cachée du monde des TI qui à mon avis doit ressembler au reste de notre société. Mais, je suis pas bûcheron, médecin, ou clodo donc je vais pas parler pour eux.

Voilà: un jour j'ai tué un ami qui m'était cher. Et, il n'est plus là pour me pardonner, donc je vis seul avec mon souvenir.